Jean-Marie Le Pen compte se rendre au congrès du FN

DirectLCI
IL NE LÂCHE RIEN – Bien qu’indésirable, Jean-Marie Le Pen compte se rendre au congrès du Front national qui aura lieu au début de l’année 2018. Dans un entretien au Figaro ce samedi, il juge "absurde" la volonté de sa fille de changer le nom du parti.

Jean-Marie Le Pen, exclu du FN en août 2015 et rétabli comme président d'honneur du parti par décision de justice, compte se rendre au congrès du Front national, où il "pense" qu'on lui "accordera la parole". "Je devrais être invité au congrès, même si j'attends toujours. En tout cas, je m'y rendrai, car je rappelle que je suis toujours parlementaire européen et président d'honneur, et donc en activité. Je pense que l'on m'accordera la parole, et qu'elle sera écoutée", dit le fondateur du FN, dans une interview publiée ce samedi dans Le Figaro.


Interrogé sur les évolutions qui s'amorcent en vue du congrès du parti, Jean-Marie Le Pen répond que "la remise en ordre des priorités politiques du parti (lui) paraît une bonne chose, car elle correspond à la réalité politique".  A ses yeux, "en politique, on n'est jamais hors-jeu si on voit clair, que l'on agit avec droiture, et à condition de ne pas se tromper sur la cause de ses échecs". Il critique entre autres "le changement de priorité sur l'Europe et l'euro, alors que la problématique essentielle reste le phénomène migratoire".

Hostile au changement de nom du FN

Jean-Marie Le Pen indique être toujours "hostile au changement du nom, c'est totalement absurde !" "Quand un bateau s'est mis au plain, généralement, on ne met pas en cause le constructeur, ni la coque ni le moteur, mais plutôt l'équipage ou le capitaine, qui lui est à la barre ! Il y a un phénomène de changite, où l'on veut tout changer !", dit-il.


Par ailleurs, il s'étonne que la présidente du parti "n'ait pas encore réuni son comité central depuis les élections, comme le prévoient les statuts. C'est anormal et illégal, car c'est le seul organe démocratique du FN. C'est se priver d'un outil efficace de connaissance de l'opinion du mouvement". En juin, Jean-Marie Le Pen s'était vu refuser l'accès au siège du parti à Nanterre où se déroulait une réunion du bureau politique frontiste, interdiction qu'il qualifie de "voie de fait". Le FN a fait appel de la décision de justice de l'automne dernier rétablissant Jean-Marie Le Pen comme président d'honneur.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter