Jean-Marie Le Pen, l'étonnant contradicteur choisi par "L'Emission politique" face à Gérald Darmanin

Politique
DirectLCI
DEBAT - Le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin est l'invité de l'Emission politique, jeudi soir sur France 2. L'ancien maire de Tourcoing débattra avec Olivier Besancenot, ainsi qu'un invité mystère qui n'est autre que Jean-Marie Le Pen, selon le JDD.

Il vient de perdre la présidence d'honneur du Front national, mais s'invite sur tous les plateaux de télévision ainsi qu'à la radio. Jean-Marie Le Pen, dont les Mémoires connaissent un grand succès en librairie, poursuivra cette tournée promotionnelle particulièrement active jeudi soir sur France 2, dans un contexte un peu particulier.


Selon une information du JDD, c'est le fondateur du FN qui fera office "d'invité mystère" pour apporter la contradiction à l'invité de "L'Emission politique", le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin. 

Banni du FN, mais...

Un choix qui peut surprendre, Jean-Marie Le Pen ayant été définitivement exclu du parti d'extrême droite, qui a validé lors de son congrès à Lille, le week-end dernier, la suppression de la fonction de président d'honneur. Le fondateur du FN ne pourra ainsi parler qu'en son nom. 


En octobre dernier, Marine Le Pen, elle-même invitée de L'Emission politique, avait eu pour contradicteur... Gérald Darmanin. La députée et le ministre s'étaient empoignés notamment sur la politique fiscale de la France et le vote du budget. En juillet, Marine Le Pen, lors d'une séance à l'Assemblée, avait traité le ministre de "Judas", pour avoir quitté sa famille politique pour rejoindre Emmanuel Macron. Mais entre Gérald Darmanin, 35 ans, et Jean-Marie Le Pen, 89 ans, aucun échange public notable au cours des dernières années.


 Lorsque l'ancien maire de Tourcoing s'en prenait par le passé au "Menhir", c'était plutôt pour attaquer Marine Le Pen, opposante au conseil régional. "Les Le Pen, c'est un mixte entre la série 'Scandal' et les Borgia et ça va se terminer mal. C'est un peu la préférence familiale plutôt que la préférence régionale", avait-il tancé. 


Les raisons de la présence de l'autre contradicteur de Gérald Darmanin, le porte-parole du NPA Olivier Besancenot, sont plus évidentes. Il devrait notamment être question de mobilisation sociale prévue le 22 mars dans les services publics, notamment contre la réforme de la SNCF. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter