Jean-Marie Le Pen reprend son combat judiciaire contre le FN

Politique
FEUILLETON - Suspendu du Front national depuis le mois de mai dernier, Jean-Marie Le Pen avait prévenu qu'il ne comptait pas en rester là. Dont acte, puisqu'on apprend ce mercredi que le fondateur du parti d'extrême droite assigne celui-ci en justice pour demander sa réintégration. Et réclame, au passage, 2 millions d'euros de dommages et intérêts.

Suspendu, puis exclu du Front national par les instances du parti, Jean-Marie Le Pen ne désarme pas. Le "Menhir" a assigné mercredi le FN devant le tribunal de grande instance de Nanterre pour demander sa réintégration au sein du mouvement qu'il a fondé, et dont il a été exclu après un long bras de fer avec sa fille Marine, a-t-on appris de son avocat, Frédéric Joachim.

Deux millions d'euros de dommages et intérêts

Jean-Marie Le Pen, 87 ans, a été exclu le 20 août du parti, sanctionné par le bureau exécutif après de nouvelles provocations à propos de la Shoah, jugées pénalisantes pour la stratégie de "dédiabolisation" du FN menée par sa fille. Selon cette assignation, dont le journal L'Opinion publie des extraits, le cofondateur du parti réclame 2 millions d'euros de dommages et intérêts, en réparation notamment du préjudice porté "à sa dignité, à son honneur, à sa notoriété et à son action politique".

Concrètement, Jean-Marie Le Pen ouvre la voie à une audience devant le TGI de Nanterre (Hauts-de-Seine) et une nouvelle opposition avec sa fille - lui, qui, depuis cet été a remporté trois batailles judiciaires contre le FN. Le finaliste de la présidentielle de 2002 demande à la justice de "constater en tout état de cause que l'exclusion prononcée ne saurait avoir pour effet de remettre en question (sa) qualité de président d'honneur" et "de le priver des droits et devoirs statutaires attachés à cette qualité".

À LIRE AUSSI
>> Les quatre ripostes de Jean-Marie Le Pen après son exclusion

>> Marine et Jean-Marie Le Pen se sont revus, mais sont encore loin d'être réconciliés
>> Financement du FN : Marine Le Pen boude son rendez-vous avec les juges

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter