Jean Messiha, un haut fonctionnaire FN, privé d'antenne sur Europe 1 : Marine Le Pen fustige "un problème de pluralisme"

Jean Messiha, un haut fonctionnaire FN, privé d'antenne sur Europe 1 : Marine Le Pen fustige "un problème de pluralisme"
Politique

MEDIAS - Pressenti pour participer régulièrement l'émission "Hondelatte raconte", sur Europe 1, le frontiste Jean Messiha en a été officiellement écarté, mardi, la radio invoquant certaines publications sur les réseaux sociaux. Un arbitrage qui a fait bondir les cadres du Front national, à commencer par Marine Le Pen.

La direction d'Europe 1 a tranché. Jean Messiha, le haut fonctionnaire FN qui avait contribué au projet présidentiel de Marine Le Pen, n'interviendra pas dans l'émission "Hondelatte raconte" où il était précédemment pressenti pour en devenir un invité régulier. "C'est un quiproquo", a assuré mardi le vice-PDG de la radio, Frédéric Schlesinger, à l'AFP. "Il avait été question qu'il fasse partie d'un groupe d'invités récurrents. J'ai décidé qu'il ne serait pas invité". 

Une décision qui fait suite à une pétition ainsi qu'à la mobilisation de la Société des rédacteurs de la radio. Interrogé par Buzzfeed, Frédéric Schlesinger était allé un peu plus loin, imputant le couac au journaliste Christophe Hondelatte, qui souhaitait en faire son invité une fois par mois. "Christophe a fait l'erreur de communiquer là-dessus comme si c'était acquis", avait confié plus tôt le vice-PDG. "On a échangé, je lui ai dit que ce ne serait pas opportun, eu égard aux polémiques que lance monsieur Messiha, notamment par voie numérique."

La polémique se poursuit

La direction d'Europe 1 invoque certaines publications du cadre frontiste sur les réseaux sociaux. Dans la mouture initiale, la formule de l'émission pour la rentrée devait mettre face à face des invités aux profils frontalement opposés, avec, outre Jean Messiha, la journaliste du Bondy Blog Nassira El Moaddem, Pascale Clark ou encore Bruno Roger-Petit, le chroniqueur qui vient d'être embauché comme porte-parole de l'Elysée

Lire aussi

La décision d'Europe a suscité mardi soir la colère de Jean Messiha, accusant la radio de "censure", ainsi que de la présidente du FN Marine Le Pen, pour qui le "pluralisme" est en cause : 

Toute l'info sur

Marine Le Pen perd la présidentielle

 Dans un entretien au Point, Jean Messiha avait précédemment indiqué  qu'il ne devait pas s'exprimer dans l'émission "en tant que frontiste" mais pour "exposer son parcours et ses idées".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent