VIDÉO - Jean-Michel Aphatie piège Nadine Morano en direct au sujet d'Alain Juppé

DirectLCI
CLASH - Alors qu'il recevait Nadine Morano ce jeudi matin sur France Info, le journaliste Jean-Michel Aphatie a révélé en direct ce que l'eurodéputée lui avait déclaré en off.

Nadine Morano soutiendra-t-elle Alain Juppé s’il est élu par les sympathisants LR à l’issue de la primaire de la droite ? Si la question semble simple à traiter, elle a déclenché un vrai clash entre l’eurodéputée et Jean-Michel Aphatie, sur le plateau de France Info ce jeudi matin. Alors que Nadine Morano a décidé d’entretenir le mystère jusqu’au premier scrutin, sur l’identité du candidat qu’elle soutiendra, le journaliste a joué la carte de la transparence en révélant en direct ce qu'elle lui avait confié en préparant l'interview. "Avec ma collaboratrice, vous nous avez indiqué que si vous veniez sur le plateau de France Info ce matin, c'était pour dire que vous ne soutiendrez pas Alain Juppé s'il était désigné par les militants de la primaire". 

Pirouette, arabesque et déboulés

Gênée, l’ancienne ministre déléguée à l’Apprentissage, restée jusque-là discrète sur le sujet, a réorienté le débat vers le système médiatique dont Alain Juppé est le "chouchou", selon elle. L’épisode Trump "apporte beaucoup de leçons et ça devrait en apporter à la classe mediatico-politique qui est souvent dans la caricature, souvent dans la petite phrase". Si le rapport est difficile à faire entre la question du journaliste et l’argumentaire de Nadine Morano, il perd tout son sens lorsque l’eurodéputée va jusqu’à accuser le média d’avoir déformé certains de ses propos en 2012. 

Mais sa pirouette pour éviter de répondre, aussi disgracieuse soit-elle, n’a pas suffi à Jean-Michel Aphatie, qui n'a pas hésité à insister : "Si Alain Juppé est désigné candidat (à la présidentielle, Ndlr) lors de la primaire, est-ce que vous le soutiendrez ?" a-t-il répété après avoir signalé à son invitée que les journalistes n’avaient pas de "chouchou". Là encore, pirouette et arabesque. Cachée derrière un argumentaire dénué de sens, Nadine Morano a tenté d'éviter la question, oubliant néanmoins de démentir les informations du journaliste. Nous voilà (presque) fixés.  

Lire aussi

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter