VIDÉO - Le ministre Blanquer annonce la tenue de débats sur l'environnement dans "tous les lycées"

VIDÉO - Le ministre Blanquer annonce la tenue de débats sur l'environnement dans "tous les lycées"
Politique
DirectLCI
EDUCATION - Alors que lycéens et étudiants sont de nouveau invités à faire grève et à se mobiliser pour le climat, ce vendredi, le ministre de l'Education nationale, invité de LCI, les a plutôt incités à participer aux débats qui seront organisés dans tous les lycées le même jour, de 16h à 18h.

Vendredi 15 mars, à l'appel mondial de l'adolescente suédoise Greta Thunberg, les étudiants et lycéens français sont invités à faire une "grève pour le climat". Alors qu'ils sont plusieurs centaines à faire grève tous les vendredis depuis plusieurs semaines pour protester contre la politique environnementale du gouvernement, ils devraient être beaucoup plus nombreux ce 15 mars. Mais le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer, invité sur LCI ce lundi matin, les a plutôt encouragés à rester dans l'enceinte de leurs établissements ce vendredi, et à participer aux débats qui y seront organisés, entre 16h et 18h.

S'il était lycéen Jean-Michel Blanquer sécherait-il les cours pour manifester pour le climat ? "Il y a mieux à faire puisque, vendredi prochain de 16h à 18h, il y aura dans tous les lycées de France l’organisation de débats sur l’environnement", a-t-il répondu. "Donc il s’agit non seulement de manifester l’importance de ce sujet mais en plus de travailler à des choses concrètes que l’on peut proposer pour que les lycéens eux-mêmes s’engagent dans les enjeux de l’environnement et fassent des propositions pour la société entière", a ajouté le ministre.

Blanquer préférerait que les étudiants défilent dans les rues samedi

"Il me semble que le samedi il y a également une manifestation dans la rue pour le climat donc je pense que c’est le bon moment. Je pense que ce n’est jamais bon de rater un cours. En revanche, structurer une pensée, structurer une participation va encore plus loin que manifester dans la rue", a-t-il ajouté, estimant que ce n'était pas son "rôle de ministre de l’Education" d'encourager les élèves à "ne pas aller en cours".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter