Jean-Michel Blanquer veut que tous les enfants la connaissent : où en est l'enseignement de La Marseillaise à l'école ?

Politique
AUX ARMES CITOYENS - Invité de LCI mardi soir, le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer a estimé que "tous les enfants de France" devaient connaître l'hymne national. L'occasion pour LCI de faire le point sur l'enseignement de La Marseillaise à l'école.

"Allons enfants"... Combien de fois les paroles de La Marseillaise ont-elles résonné depuis des décennies dans les salles de classes, sur les lieux de commémoration ou dans les stades ? La référence à l'hymne national, objet particulièrement sensible en France - l'article 2 de notre Constitution en fait l'un des piliers de la République - est l'un des sujets hexagonaux les plus récurrents et les plus symboliques qui soient. 


A quelques jours de la rentrée 2017, le ministre de l'Education nationale l'a d'ailleurs évoqué, mardi, parmi les enseignements fondamentaux qui doivent être transmis à l'école primaire. Durant la conférence de presse de rentrée, Jean-Michel Blanquer a indiqué qu'il était "favorable" à son apprentissage, avant de revenir sur le sujet, le soir sur LCI, après une question posée par David Pujadas : 

Il est évident que tous les enfants de France doivent connaître La Marseillaise. C'est important qu'il y ait un niveau du système scolaire qui s'y prête, par exemple le CM1Jean-Michel Blanquer

Le ministre a immédiatement apporté une précision : "De là à en faire un exercice quotidien, il ne faut pas exagérer... Mais il y a des moments, lors des fêtes nationales, où il est important que les enfants chantent l'hymne." Car, assure Jean-Michel Blanquer, "l'école est consubstantielle à la République, son but est de transmettre des connaissances et des valeurs". 

Un sujet récurrent

Faut-il s'attendre à une nouvelle circulaire dans ce sens ? Sollicité par LCI, le ministère de l'Education nationale a simplement indiqué que Jean-Michel Blanquer "encourage" l'enseignement tel qu'il est pratiqué actuellement dans le cadre de "l'enseignement moral et civique". "Il n'y aura pas d'annonce à ce sujet", précise une porte-parole. 


Il faut dire que, en matière d'enseignement de La Marseillaise à l'école, les textes réglementaires sont déjà pléthoriques. L'apprentissage de l'hymne a été intégré dès 1985 dans les programmes obligatoires d'instruction civique, rétablis par Jean-Pierre Chevènement.  En 2002, Jack Lang avait fait diffuser dans l'ensemble des établissements un livre-CD sur l'histoire de La Marseillaise après l'affaire des "sifflets" lors d'un match amical France-Algérie en 2001. La droite, au pouvoir, n'a pas été en reste. La loi Fillon d'avril 2005, confirmée par une circulaire à la rentrée de la même année, a introduit le caractère obligatoire de l'apprentissage de l'hymne et de son histoire à l'école. 

Rebelote en 2011, lorsqu'une nouvelle circulaire de rentrée précise que "l'étude de La Marseillaise est obligatoire à l'école primaire ; l'hymne national est appris et chanté par les enfants à l'école et, chaque fois que possible, lors des manifestations commémoratives. Cet apprentissage est réalisé en CM1". 


Sous le quinquennat de François Hollande, le ministère de l'Education nationale, sous la houlette de Najat Vallaud-Belkacem, a détaillé à nouveau l'enseignement de l'hymne, comme en témoigne cet arrêté de juin 2015 qui prévoit que les élèves chantent, dès le "cycle 2" (CP, CE1; CE2), "quelques couplets de La Marseillaise en comprenant le contexte de leur écriture", puis en cycle 3 (CM1, CM2, 6e), un cours d'éducation musicale abordant "les différentes interprétations de La Marseillaise". Enfin, sur fonds d'attentats, François Hollande a fait de 2016 "l'année de La Marseillaise", un programme mobilisant de nombreuses ressources à destination des équipes pédagogiques des premier et second degrés. 

La Marseillaise hors de l'école

Dans les faits, les enfants apprennent-ils réellement l'hymne national à l'école ? Dans une enquête réalisée auprès des élèves d'un lycée professionnel et technologique d'Ile-de-France, l'historien et universitaire François Durpaire affirmait que l'école jouait "un rôle mineur" dans l'apprentissage de La Marseillaise. Seuls 28% des élèves qu'il avait interrogés disaient avoir appris l'hymne national dans le cadre scolaire, 44% l'ayant retenu au gré des manifestations sportives. 

 

Si l'apprentissage de La Marseillaise à l'école semble bien balisé par les textes réglementaires, les élèves et les enseignants n'ont pas, à ce jour, d'obligation consistant à la chanter ou la faire chanter de façon régulière. Jean-Michel Blanquer, qui exclut lui-même d'en faire "un exercice quotidien", ne devrait pas bouleverser la donne. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter