Jean-Yves Le Drian se défend d'avoir facilité l'inscription de ses petits-enfants au lycée français de Barcelone

Jean-Yves Le Drian se défend d'avoir facilité l'inscription de ses petits-enfants au lycée français de Barcelone

DirectLCI
PASSE-DROIT - Selon Mediapart, l'intervention du cabinet de Jean-Yves Le Drian a permis en juin dernier l'inscription hors délai des petits-enfants du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères au lycée français de Barcelone. Il s'en est défendu ce jeudi matin sur CNews.

Le ministre de l'Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian est-il intervenu pour faciliter l'inscription de ses petits-enfants au lycée français de Barcelone ? Il affirme que non. "Je ne suis pas intervenu pour l'entrée de mes petits-enfants au lycée" a-t-il assuré ce jeudi matin sur CNews. Selon Mediapart, le ministre serait intervenu par l'intermédiaire de son cabinet pour faciliter l'inscription de ses petits-enfants en juin 2017, après la date limite de dépôt des dossiers, et alors que des centaines d'autres enfants avaient vu leur demande rejetée.

"Mon beau-fils a eu une mutation professionnelle à Barcelone donc une partie de ma famille va s’installer à Barcelone. C’était à la fin du mois de mai dernier et j’ai pensé qu’il était utile que mon cabinet prévienne le consul général de France à Barcelone d’une part et les autorités espagnoles, parce que je suis ministre des Affaires étrangères, qu’il y avait une partie de ma famille qui allait résider désormais à Barcelone" s'est-il justifié. 


"Il y a des règles vous savez pour entrer au lycée français. Il faut d’abord être de nationalité française, ensuite demander l’inscription parce qu’il y a mutation professionnelle et que les enfants aient été auparavant dans un établissement public français. Il y a une commission d’agrément qui décide de la rentrée ou pas des candidats au lycée français. Mes petits-enfants répondaient à tous ces critères donc je ne vois pas le sujet. Sauf à penser que précisément parce que ce sont mes petits-enfants et qu’ils sont les petits-enfants d’un ministre des Affaires étrangères ils n’ont pas le droit d’aller dans un lycée français. Là on serait quand même dans l’absurde et le stupide."

Un lien avec l'élection du député des Français de l'étranger ?

Interrogé sur la possibilité que ces accusations aient un lien avec l'élection en avril du député des Français de l'étranger pour l'Espagne et le Portugal, Jean-Yves Le Drian a répondu que c'était une "hypothèse". Il "ne m'a pas échappé" que des candidats de l'opposition à la législative partielle travaillent dans des lycées français en Espagne, a ajouté le ministre.

Pour Antton Rouget, auteur de l'enquête de Mediapart, "la réponse du ministre est tout sauf un démenti" car il "confirme toutes les données factuelles". Selon lui, Jean-Yves Le Drian "ne dit toujours rien de l'inscription hors délai".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter