Jean-Luc Mélenchon à Marseille : "Pas de bla-bla, du combat !"

Politique
REVIVEZ - Jean-Luc Mélenchon, qui se pose en premier opposant à Emmanuel Macron, a clos ce dimanche matin les premières journées d’été de La France insoumise à Marseille. Un discours très attendu que vous pouvez revivre grâce au direct que nous lui avons consacré.

Il est considéré dans le baromètre Ifop du JDD du jour comme la personnalité politique la plus à même (59%) d'incarner l'opposition à Emmanuel Macron dans les années à venir. Jean-Luc Mélenchon a cherché à conforter ce statut ce dimanche matin à Marseille, en clôturant les premiers "Amphis d'été" de la France insoumise. Le député de la cité phocéenne a détaillé devant quelque 3 000 participants sa feuille de route en cette rentrée qui s’annonce mouvementée. 

Live

"Il n'y aura pas de liste insoumise aux sénatoriales car c'est une éclection au deuxième degré et nous n'avons pas d'élus en nombre conséquent" annonce Jean-Luc Mélenchon.

"Nous ne lâcherons rien, pas une seconde, pas une page du code du travail" déclare le député des Bouches-du-Rhône, ce qui lui vaut des : "Jean-Luc président" de la foule.

Jean-Luc Mélenchon revient sur le rassemblement du 23 septembre prochain : "Nous vous avons appelé à vous rassembler car c'est notre responsabilité. Le peuple français nous a confié dans le camp de l'insoumission la première place."

"C'est à vous de marcher devant, de dire de quel côté il faut précipiter ses forces. Nous devons agir en pleine responsabilité de notre nouvelle situation, être prêts à gouverner en tout instant. Et nous sommes prêts ! S'il nous fallait gouverner demain matin nous saurions quoi faire."

"Le statut du travailleur détaché n'est pas acceptable" selon le leader de La France insoumise. "Macron prétend qu'il lutte contre ce statut. (...) Mais il est en train de vous entourlouper. Il faut zéro poste de travailleurs détachés en France, car c'est la ruine de la sécurité sociale."

"Ce que les gens n'aiment pas, monsieur le président, ce ne sont pas les réformes, ce sont vos réformes" a estimé Jean-Luc Mélenchon, en faisant référence aux propos tenus par Emmanuel Macron sur le fait que la France est irréformable.

"Les emplois aidés c'est ce qui permettait de sortir la tête de l'eau à des écoles, des associations. Et même ça ils l'ont supprimé !"

Concernant les APL : "5 euros ils osent dire que c'est rien. Mais 5 euros c'est la goutte qui fait déborder le vase. C'est ce qui peut faire que vous arrêtez de payer votre électricité, votre loyer, et donc à la trêve on vous met dehors. (...) Pourtant le pays n'a jamais été aussi riche de son histoire. C'est une honte !"

"Nous pouvons dire de Macron et de son gouvernement qu'il est le gouvernement des riches, pour les riches" dit Jean-Luc Mélenchon.

"Le petit patronat doit savoir qu'il a plus d'intérêts de notre côté, qui assurons la stabilité législative, la stabilité économique."

"Dans vos entreprises, dorénavant, il y aura une loi dans chaque entreprise. Eux disent c'est le dialogue. Ce n'est pas vrai !"

"Coup d'Etat social : est-ce que la formule n'est pas trop violente ? Non, le mot n'est pas exagéré. Sarkozy, Hollande ont débrousaillé le chemin du capital. Mais là, Macron, instantanément il a voulu vous mettre le coup de grâce. (...) En quelques nuits, tout le code du travail a été détricoté." 

"On a distrait les gens avec une loi de moralisation. Nous avons bavardé pendant des heures pour prendre des mesurettes, pour faire croire au peuple que les turpitudes supposées de monsieur François Fillon étaient la cause principale du sentiment d'immoralité que vous ressentez tous." Mais selon lui, ce ne sont pas les emplois familiaux qui sont en cause de ce sentiment, mais l'impunité des "puissants". "Demandez des comptes à Lafarge qui a financé les terroristes de Daech, demandez des comptes aux escrocs du fisc" a demandé Jean-Luc Mélenchon.

"La vague dégagiste qui est passée sur le pays va s'amplifier" déclare Jean-Luc Mélenchon, qui appelle tout le monde à venir s'exprimer le 23 septembre prochain.

"Le peuple français n'en a pas après des personnes, des étiquettes. Il ne veut plus de la politique libérale qui abandonne les gens à la sauvagerie de la compétition de chacun contre tous. Il en a assez du productivisme ridicule qui consiste à inonder les marchés de produits inutiles quand certains n'ont pas l'essentiel."

"C'est notre devoir, à tous ceux qui le peuvent, d'aller à la rencontre de ceux qui ne savent pas. Le mouvement doit être un mouvement de solidarité concrète, active, présente" a dit Jean-luc Mélenchon, dont les équipes sont tout l'été allées à la rencontre des personnes vivant dans les quartiers. 

Jean-Luc Mélenchon a parlé des incendies qui ont frappé le sud de la France cet été. Pour lui, ils résultent du réchauffement climatique, lui-même conséquence de la pollution humaine et du capitalisme. 

Il a ensuite abordé la question du nucléaire. "Si le gouvernement ferme les 17 réacteurs nucléaires nous serons contents et nous le saluerons."

Jean-Luc Mélenchon appelle le peuple à ne pas accepter la résignation. "Notre société est en train de basculer sous les coups du capital" dit-il. 

Alors que le 23 septembre prochain La France insoumise organise un rassemblement contre la réforme de la loi travail, le député déclare : "il faut que le peuple déferle dans la rue contre le coup d'Etat social qui s'organise contre lui".  

Le leader de La France insoumise rappelle le rôle de Marseille dans la Méditerranée, et estime qu'elle doit voir au-delà du rivage "son horizon de liberté".

Jean-Luc Mélenchon débute son discours à Marseille. 

Bonjour ! Bienvenue sur ce live. Il vous permettra de suivre le discours de Jean-Luc Mélenchon pour clôturer les journées d'été de La France insoumise à Marseille.

La réforme du code du travail, un "coup d’Etat social" à ses yeux, a évidemment occupé une grande place dans son allocution, alors que la France insoumise bat le rappel des troupes pour sa journée de mobilisation du 23 septembre contre la politique du gouvernement. Il a notamment appelé "le peule" à "déferler" dans la rue à cette date.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Jean-Luc Mélenchon, l'"insoumis"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter