VIDÉO - Primaires : les phrases cultes des précédents débats

VIDÉO - Primaires : les phrases cultes des précédents débats

FLASH-BACK - Si l'exercice est inédit pour Les Républicains et relativement récent en France, les candidats de la gauche ont essuyé les plâtres de la primaire il y a déjà dix ans. A deux jours du grand oral télévisé des sept candidats à la primaire de la droite et du centre, le journal de 20H a compilé de grands moments de joutes verbales.

Laurent Fabius, Dominique Strauss-Kahn et Ségolène Royal ont essuyé les plâtres il y a tout juste dix ans, lors du premier débat interne à un parti retransmis sur une chaine de la TNT, pour désigner son candidat à la présidentielle. Enviée, la formule a depuis été copiée et adaptée. A l'approche du premier débat de la primaire de la droite et du centre diffusé ce jeudi sur TF1, le journal de 20H a compilé quelques échanges savoureux des précédents débats.

Toute l'info sur

Le 20h

"Je ne crois que pas que vouloir établir l’ordre, même juste, soit suffisant", lançait par exemple en 2006 Dominique Strauss-Kahn à Ségolène Royal lors d'un des débats télévisés de la primaire PS qui avaient donné lieu à des confrontations souvent très policées, voire un peu ennuyeuses. "L’ordre juste est revendiqué par ceux qui subissent le désordre", rétorquait en direct cette dernière avant d'ajouter : 

Pour ceux qui sont en haut du panier, tout va très bien, ils ont tout- Ségolène Royal à DSK

Cinq ans plus tard, en 2011 on ne comptait plus trois mais six candidats pour une primaire ouverte à tous les électeurs de gauche. On se souvient d'échanges plus vifs. "Je ne voudrais pas laisser faire dans une primaire de gauche des propositions de droite", déclarait notamment Arnaud Montebourg à l'adresse de Manuel Valls, s'empressant de répondre : 

Arnaud pas de coup parce que personne ici à le monopole de la gauche- Manuel Valls à Arnaud Montebourg

"Je ne veux pas non plus une gauche molle", réagissait François Hollande lors du dernier débat de la primaire socialiste qui l'opposait à Martine Aubry. 

Les écologistes s'approprient l'exercice la même année. "La caricature que tu fais de mes idées ne donnera à personne envie de voter pour moi", reprochait Eva Joly à Nicolas Hulot lors du débat de Lille. Et ce dernier de se défendre :

L’écologie de combat, Eva, ça n’est pas l’écologie des coups bas- Nicolas Hulot à Eva Joly

Si l'exercice qui les attend ce 13 octobre est inédit pour les candidats de la droite et du centre, Michèle Alliot-Marie et Nicolas Sarkozy se sont frottés à l’exercice perilleux du duel interne fimé en 2006. Déjà, le dialogue était musclé devant des militants sarkozistes, à l’époque peu rompus au débat.

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    EN DIRECT - Variant Omicron : des exigences de test renforcées pour entrer aux États-Unis à partir de la semaine prochaine

    Affaire Hulot : "La justice ne se rend pas dans les tribunaux médiatiques", réagit Emmanuel Macron

    Covid-19 : Doctolib saturé, comment réserver sa dose de rappel malgré tout ?

    Présidentielle : "Eric Zemmour n'a pas la capacité d'aller au second tour", assure Marine Le Pen

    Y a-t-il réellement "91% de fausses couches" chez les mères vaccinées au cours du premier trimestre ?

    Lire et commenter
    LE SAVIEZ-VOUS ?

    Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

    Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.