L'ancien Premier ministre Raymond Barre, décédé en 2007, soupçonné d'avoir dissimulé 7 millions d'euros en Suisse

Politique
ENQUETE - Selon "Le Canard enchaîné", une information judiciaire est ouverte depuis 2016, impliquant l'ancien chef de gouvernement français. Ce dernier aurait placé sur un compte en Suisse une fortune équivalent à 7 millions d'euros, dont auraient hérité ses enfants.

L'apôtre français de l'austérité budgétaire a-t-il dissimulé sa fortune en Suisse ? C'est ce que révèle Le Canard enchaîné, qui a dévoilé, dans son édition du 3 juillet, qu'une information judiciaire avait été ouverte en avril 2016, portant sur des soupçons de blanchiment de fraude fiscale à l'encontre de Raymond Barre, l'ancien Premier ministre décédé en 2007.


Selon ces informations confirmées à l'AFP de source judiciaire, les investigations ont démarré après un signalement à la Direction générale des finances publiques (DGFIP). L'ex-patron de la DGFIP a alors saisi le parquet national financier. Les faits portent sur l'existence d'un compte en Suisse d'un montant de 11 millions de francs suisses, soit 7 millions d'euros environ au moment du décès de l'ex-maire de Lyon et candidat à la présidentielle de 1988.  

Régularisation

D'après le Canard, l'affaire a débuté par l'intermédiaire d'un informateur qui a adressé en 2013 une copie d'écran du réseau interne de la banque Crédit Suisse, où figurait le nom de Raymond Barre et deux mentions manuscrites, un numéro de compte et ce montant de 11 millions de francs suisses. L'enquête a confirmé le document. 


L'hebdomadaire précise que les fils de l'homme politique, héritiers de cette fortune, ont payé, depuis la révélation des faits, près d'un million d'euros pour régulariser leur situation fiscale. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter