L'édito Aphatie : "Si un policier ou un enseignant est radicalisé, il faut agir même s'il n'y a pas une déposition"

Politique

Toute L'info sur

La Matinale

L'EDITO APHATIE - Après l'attaque de la préfecture de police de Paris jeudi, Christophe Castaner a annoncé le jour même que l'assaillant n'a pas présenté de signe de radicalisation. Il s'est ensuite exprimé sur le sujet dimanche dans le JT de 13 heures de

Christophe Castaner est dans la tourmente après l'attaque au couteau à la préfecture de police à Paris du jeudi dernier. Si le ministre de l'Intérieur a évoqué dans sa prise de parole le jour de l'attentat qu'on n'a pas trouvé de signe de radicalisation chez Mickaël Harpon, il est revenu sur ce constat dimanche sur TF1. D'après le rapport qui lui est parvenu récemment, certains collègues de l'assaillant auraient en juillet 2015 fait état d'un comportement anormal de celui-ci. Pourquoi cette piste n'a-t-elle pas été prise en compte malgré le manque de signalement ?

Ce lundi 7 octobre 2019, Jean-Michel Aphatie, dans sa chronique "L'édito Aphatie", est revenu sur les dysfonctionnements administratifs perçus au niveau de la préfecture de police de Paris suite aux enquêtes sur l'attaque de jeudi dernier. Cette chronique a été diffusée dans La Matinale du 07/10/2019 présentée par Pascale de La Tour du Pin sur LCI. Du lundi au vendredi, dès 5h45, Pascale de La Tour du Pin vous présente la Matinale entourée de ses chroniqueurs.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter