L'Élysée dément mettre son siège au Conseil de sécurité à disposition de l'Union européenne

Sous-marins : les coulisses diplomatiques de la rupture de contrat

DÉMENTI - D'après les informations du quotidien britannique The Telegraph, la France serait prête à céder son siège du Conseil de sécurité à l'Union européenne. L'Elysée a fortement démenti, dénonçant des "boules puantes".

La une du quotidien britannique The Telegraph de ce mercredi fait des vagues dans l'Hexagone. Dans un article citant une source "alliée du présidente Français", le journal affirme que la France serait disposée à mettre à disposition de l'Union européenne son siège de membre permanent au Conseil de sécurité de l'ONU. 

L'information a "formellement" été démentie par la France. "Contrairement aux affirmations du tabloïd anglais Daily Telegraph relayées ce matin, non la France n'a pas proposé de laisser son siège au Conseil de Sécurité des Nations unies", a tweeté l'Élysée ce mercredi matin. Et d'ajouter : "Il est à la France et le restera"

Des "boules puantes"- Gabriel Attal

Plus tard dans la journée, à l'issue du Conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a renchéri, affirmant qu'"il est hors de question" que la France mette son siège à disposition de l'Union européenne. "Cela n'arrivera pas, cela n'a jamais été sur la table, la France conserve et conservera son siège permanent au Conseil de sécurité de l'ONU", a-t-il insisté. 

Cela "ne nous empêche pas évidemment d'échanger régulièrement avec nos partenaires européens, notamment sur les questions de notre souveraineté européenne et de nos priorités au niveau européen", a-t-il ajouté, considérant les "informations qui ne sont pas vraies" diffusées par ce "tabloïd" comme une "boule puante"

Cité nommément dans l'article, le député italien Sandro Gozi, membre du groupe européen Renew Europe, dont LaREM fait partie, semble être la source du quotidien. Sur Twitter, il affirme que ses "propos ont été totalement déformés par un tabloïd britannique". "La position française est claire : le siège permanent à l'ONU est français et restera français", a-t-il ajouté, dans la même ligne que l'Elysée. 

La classe politique demande des clarifications

The Telegraph a publié son article en pleine crise diplomatique entre Paris d'un côté et Washington, Canberra et Londres de l'autre, à la suite de la décision de ces trois capitales de conclure un partenariat stratégique dans la zone indopacifique, qui a fait perdre à la France un important contrat de sous-marins avec les Australiens. L'article du quotidien britannique a ainsi suscité de vives réactions, de la part de la classe politique française.

"Si cette information est exacte il s’agit d’un acte de trahison envers la Nation. Si elle ne l’est pas Emmanuel Macron doit le dire et vite", a réagi la candidate frontiste à la présentielle, Marine Le Pen. De son côté, le leader de la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a estimé que "Macron doit démentir d'urgence. La France ne donnera jamais son siège au Conseil de sécurité de l'ONU. Qui s'y risquerait relèverait de la haute trahison"

Des réactions vivement critiquées par Gabriel Attal qui y a vu des "réactions de quasi-piranhas de responsables politiques qui se sont jetés sur ces informations pour les instrumentaliser". S'ils "considèrent qu'un tabloïd anglais est la principale source d'information s'agissant de notre diplomatie et de nos décisions, je trouve cela légèrement inquiétant", et s'ils "tombent dans le panneau de la première boule puante venue [...], ça en dit long sur ce que pourrait être leur politique étrangère" s'ils étaient élus à la présidence de la République, a-t-il fait valoir.

Lire aussi

Depuis 1945, la France est l'un des cinq membres permanents du Conseil de sécurité avec la Chine, les États-Unis, la Russie et le Royaume-Uni. En 2018, l'Allemagne avait proposé de mutualiser le siège français pour le transformer e un siège commun à tous les pays de l'Union européenne, une proposition rejetée par la France. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "The Voice All Stars": Anne Sila remporte la finale

Présidentielle 2022 - "Il n'y a pas de Jupiter" : pour son premier meeting, Anne Hidalgo s'en prend à Emmanuel Macron

Turquie : Erdogan annonce l'expulsion d'une dizaine d'ambassadeurs, dont celui de France

"The Voice" : en larmes, Jenifer annonce qu'on ne la reverra "probablement" plus dans l'émission

VIDÉOS - "The Voice All Stars" : la route d'Anne Sila vers la victoire, prestation après prestation

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.