L'Elysée justifie le trajet de 110 kilomètres de Macron en Falcon présidentiel

L'Elysée justifie le trajet de 110 kilomètres de Macron en Falcon présidentiel

BUDGET - Alors que l'exécutif lance un débat sur le montant des aides sociales, les dépenses de l’Elysée sont particulièrement scrutées. Après l’achat de vaisselle à prix d’or il y a quelques jours, c’est un trajet en Falcon présidentiel qui interpelle.

110 kilomètres parcourus en... 35 minutes. Forcément, en avion, c’est plus rapide. Et avion privé, encore plus. C’est ce qu’a fait Emmanuel Macron, jeudi, pour aller de La Roche-sur-Yon (Vendée) à Rochefort (Charente-Maritime), deux villes distantes de 110 kilomètres : le président a choisi d’utiliser le Falcon présidentiel. Ce trajet par la voie des airs se faisait après plusieurs autres déplacements passés à utiliser ce moyen de transport, de Paris à Montpellier mercredi, de Montpellier à la Roche-sur-Yon jeudi. Des trajets beaucoup plus longs, qui peuvent en partie expliquer le choix de ce mode de déplacement.

Les dépenses de l'Elysée particulièrement scrutées

Le sujet des dépenses de l’Elysée est sensible, d'autant plus que l'exécutif vient de lancer un débat sur le montant des aides sociales. C’est d’ailleurs juste avant ce déplacement de quelques jours effectué en Falcon que Emmanuel Macron a laissé diffuser un entretien où il qualifie de "pognon de dingue" la somme allouée aux aides sociales. Il y a quelques jours, c’est le renouvellement de la vaisselle de l’Elysée qui était critiqué, le montant des assiettes s'élevant à un montant de 50.000 euros, une polémique s'était créée après la sortie de l'information dans le JDD.


D’autres solutions auraient-elles pu être imaginées pour ce déplacement en avion ? Voiture, train ? L’Elysée assume totalement, en répondant à BFMTV que c’est "la solution la plus économique, qui permet de se poser en sécurité, qui permet l'extraction rapide du président et de mieux gérer les heures de vol de l'équipage". La communication insiste aussi sur la personnalité à part du président : "Le président n'est pas une personnalité comme tout le monde. Il y a un impératif de sécurité et un impératif de temps".


En juin 2017, Emmanuel Macron s’était déjà fait épingler pour avoir utilisé son jet privé pour aller au Touquet pour voter aux législatives.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Emmanuel Macron dans la course à l'Elysée

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter