L'ex-députée FN Marion Maréchal-Le Pen reconvertie dans le business de l'orientation

NOUVELLE VIE - L'ancienne étoile montante du frontisme, retirée de la vie politique en mai dernier, a décroché son premier job au sein d'Eduniversel, une société qui évalue les Masters et les MBA, selon le JDD de ce 12 novembre. Elle serait chargée de plancher sur un projet d'école.

Elle a quitté la politique en mai dernier pour s'offrir une première expérience dans le privé. C'est fait : l'ex-députée FN du Vaucluse Marion Maréchal-Le Pen, 27 ans, a décroché son premier job, révèle le JDD du 12 novembre.  Loin des médias, la petite-fille de Jean-Marie Le Pen, qui vit dans les Hauts-de-Seine, à proximité de Montretout, la propriété du fondateur du FN, a été recrutée par Martial Guiette, patron d'Eduniversal, nous apprend l'hebdomadaire. 


Cet homme d'affaire, connu pour avoir créé un "guide des meilleurs masters" et mis en place un palmarès des diplômes, a rencontré la nièce de Marine Le Pen en juin dernier, à l'occasion d'un dîner organisé par une connaissance commune. 

Il a été subjugué par son intelligence"Une connaissance du nouveau patron de Marion Maréchal-Le Pen

"Il a été subjugué par son intelligence",  indique une connaissance de l'homme d'affaires interrogée par le JDD. "Il avait envie de créer une école, elle a rapidement développé un concept autour de cette idée. A l'époque, elle prenait des cours d'anglais et cherchait sa voie." Il s'agirait, d'après le journal, de concevoir un programme, un comité scientifique et de recruter des intervenants et des fonds pour cette structure destinée aux diplômés du 3e cycle souhaitant "parfaire leur éducation par une formation de culture générale". 


Si Marion Maréchal-Le Pen, en froid avec son grand-père, a tourné la page de la politique, elle n'a jamais présenté cette retraite comme définitive. L'ex-députée compte encore de nombreux soutiens, dont le conseiller régional Olivier Bettati, qui officie au Centre national des indépendants et paysans, Marc-Etienne Lansade, le maire de Cogolin fâché avec le FN, l'identitaire Philippe Vardon ou encore son ancien assistant parlementaire Arnaud Stéphan, qui dirige le mensuel L'Incorrect. Ces alliés de la première heure se tiennent prêts, au cas où la personnalité la plus populaire du frontisme souhaiterait revenir dans la course. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Marine Le Pen perd la présidentielle

Plus d'articles

Sur le même sujet