L'UDI rechigne à une alliance avec Sarkozy et penche pour Fillon, Juppé... ou pourquoi pas Macron

L'UDI rechigne à une alliance avec Sarkozy et penche pour Fillon, Juppé... ou pourquoi pas Macron
Politique

TOUT SAUF SARKOZY - Sur le plateau de "24 Heures en questions", Jean-Christophe Lagarde n'a pas caché ses préférences en vue d'une alliance pour la présidentielle. Épinglé pour ses phrases assassines sur le centre, Nicolas Sarkozy va avoir du mal à convaincre le patron de l'UDI.

"Du mépris". Le mot est lâché. Voilà ce que Jean-Christophe Lagarde a éprouvé à l’évocation par Nicolas Sarkozy du "juste milieu ". Une description un brin ironique qui remonte au début du mois. En meeting à La Baule, le candidat à la primaire des Républicains avait réaffirmé le cap "à droite toute" de sa campagne, se démarquant des candidats "un peu de droite et de gauche, qui au bout du compte ne vont nulle part". La pique visait davantage la position médiane d’Alain Juppé dans la bataille pour la primaire, et malgré tout, le président de l’UDI s’est senti visé.

"Comment décrire les centristes comme des voix du milieu - c'est bien mal les connaître d'ailleurs - et espérer en même temps leurs voix? Il y a une contradiction qui m'apparaît assez brutale, révélatrice d'un mépris", a confié Jean-Christophe Lagarde à Yves Calvi sur le plateau de "24 Heures en question". 

En vidéo

Largarde relève le mépris de Sarkozy à l'égard des centristes

Même s’il sait que la bataille des primaires est génératrice de surenchère verbale, le patron des centristes ne semble donc pas pencher pour une alliance avec Les Républicains - du moins si un certain Nicolas Sarkozy devait mener la course. Et si c’était Juppé ? "Nous avons des points communs, mais aussi des différences. Nous allons voir comment se déroule le débat". Car pour Lagarde, le maître-mot, c’est le dialogue avec tous ceux qui sont "centro-compatibles". "Notre ambition c’est qu’il y ait une coalition qui puisse transformer la France , le seul pays d’Europe à être resté en panne."

Je ne vois pas pourquoi on s'offre le ridicule, et c'est notamment le cas de François Bayrou, de refuser de discuter avec Emmanuel Macron.- Jean-Christophe Lagarde

Voilà pourquoi Jean-Christophe Lagarde ne cache rien de sa récente rencontre avec Emmanuel Macron et s’étonne du rejet de François Bayrou à l’égard de l’ancien ministre de l’Economie, "un homme qui a souvent dit lorsqu’il était au gouvernement qu’il n’était pas d’accord et qu’il voulait aller plus loin. Je ne vois pas pourquoi on s'offre le ridicule et c'est notamment le cas de François Bayrou de refuser de discuter avec quelqu’un qui dit on devrait faire mieux autrement." 

Lire aussi

    En vidéo

    L'UDI compatible avec Juppé et Fillon, pas avec Sarkozy

    En vidéo

    Pour Lagarde, l'attitude de Bayrou vis-à-vis de Macron est "ridicule"

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter

    Alertes

    Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent