La fin du glyphosate sous trois ans ? Nicolas Hulot évoque de possibles "exceptions"

La fin du glyphosate sous trois ans ? Nicolas Hulot évoque de possibles "exceptions"

RECUL - Dans un entretien accordé au JDD ce 25 février, le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot indique que le gouvernement sera prêt à envisager des "exceptions" dans le cadre d'une sortie du glyphosate sous trois ans.

Il se dit désormais prêt à envisager des "exceptions". Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique qui s'est battu l'an dernier pour une sortie du glyphosate en trois ans, semble légèrement amender sa position dans un entretien au Journal du dimanche, ce 25 février. 


"On est en train de recenser les alternatives qui existent et de leur donner les moyens de faire leurs preuves. Mais je ne suis pas buté et personne ne doit être enfermé dans une impasse: si dans un secteur particulier ou une zone géographique, certains agriculteurs ne sont pas prêts en trois ans, on envisagera des exceptions", a indiqué le ministre. Au sujet du glyphosate, celui qui ne se rendra pas au Salon de l'agriculture ouvert depuis samedi, ajoute, en guise de nouvel objectif : "Si on arrive à se passer du glyphosate à 95%, on aura réussi."

"Essayer de sortir" du glyphosate sous trois ans

Alors que l'Union européenne a décidé, en novembre dernier, de renouveler la licence de l'herbicide controversé pour cinq ans, Emmanuel Macron avait quant à lui promis que ce principe actif du fameux Roundup de Monsanto, serait interdite en France "au plus tard dans trois ans". 


Mais dès fin janvier, le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert délivrait un son de cloche un peu plus nuancé, en déclarant que la France allait "essayer de sortir" dans les trois ans. "Le président a rappelé que tant qu'il n'y a pas de substitution, il n'y a pas de suppression", avait-il alors souligné.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le scandale du glyphosate

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter