La France insoumise finit par signer l'appel à l'union contre l'antisémitisme

Politique

POLITIQUE - Après presque 24 heures de polémique, La France insoumise a signé l'appel contre l'antisémitisme lancé par les principaux partis politiques à l'initiative du Parti socialiste. Jean-Luc Mélenchon a assuré qu'il n'avait pas été invité à le ratifier dans un premier temps, ce qu'a démenti le premier secrétaire du PS Olivier Faure. Une question de forme qui s'est finalement résolue.

Le logo de La France insoumise apparaît bien en haut de la nouvelle version de l'appel à l'union contre l'antisémitisme envoyé ce vendredi en début de soirée par le Parti socialiste. La première version envoyée la veille ne comprenait pas la signature du mouvement fondé par Jean-Luc Mélenchon, alors que le premier secrétaire du PS Olivier Faure l'avait bien invité à ratifier l'appel, par message Telegram. Contacté par l'AFP, le chef de file de LFI avait répondu ne pas avoir de "courrier", et il avait dénoncé sur Twitter une "grossière provocation du PS". Le représentant légal de LFI Manuel Bompard avait également expliqué sur Twitter que LFI n'avait "pas été sollicitée pour signer", mais qu'elle "sout(enait) bien sûr" cet appel. 

Lire aussi

Sur Radio Classique vendredi 15 février, Manon Aubry, tête de liste LFI aux élections européennes, avait accusé le PS d'"instrumentalisation", tout en reconnaissant qu'il "a envoyé un message Telegram". Mais "je n'appelle pas ça une invitation officielle (...) Nous n'avons pas été invités en bonne et due forme dans les temps nécessaires pour répondre, mais il est évident que nous répondons à cet appel", a-t-elle souligné.

Participera-t-elle au rassemblement contre l'antisémitisme prévu mardi 19 février à 19 heures place de la République à Paris avec l'ancien candidat à la présidentielle ? "Oui, Jean-Luc Mélenchon et l'ensemble des membres de La France insoumise qui seront disponibles à cette heure-là", a-t-elle répondu.

Pas de main tendue vers le Rassemblement national

En revanche, le logo du Rassemblement national n'apparaît toujours pas sur l'appel. Du côté d'Olivier Faure, la mise à l'écart du parti de Marine Le Pen est une initiative assumée. Tout comme Debout la France. Dans un communiqué, le Rassemblement national a apporté "son soutien à toutes initiatives visant à condamner cet antisémitisme et à assurer la solidarité de la République" avec les victimes. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter