"La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde" : qu’a vraiment dit Michel Rocard ?

"La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde" : qu’a vraiment dit Michel Rocard ?

RETOUR SUR - Quand les politiques parlent d’immigration ou d’accueil des réfugiés, ils aiment citer Michel Rocard et sa célèbre formule prononcée en 1989. Sauf que celle-ci a subi des modifications à travers le temps. Explications.

C’est devenu un leitmotiv. Quand les politiques parlent d’immigration ou d’accueil des réfugiés, ils aiment citer une phrase célèbre prononcée par Michel Rocard : "La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde, mais elle doit en prendre sa part." Répétée et récupérée ad nauseam depuis près de trente ans, la formule de l'ancien Premier ministre, décédé ce samedi à l'âge de 85 ans, laisse libre court à toutes les interprétations. Sauf qu’en réalité, Michel Rocard n’a pas exactement prononcé ces mots. Flashback. 

A LIRE AUSSI >>
VIDEOS - Mitterrand, RMI, Matignon : Michel Rocard en 4 dates clés
Michel Rocard : la mémoire d'un "grand serviteur de la France" unanimement saluée

La véritable phrase a été prononcée face à Anne Sinclair, en 1989, dans l'émission 7 sur 7 sur TF1 : "Nous ne pouvons pas héberger toute la misère du monde. La France doit rester une terre d'asile politique... mais pas plus". Cette locution est bien moins favorable à l'accueil que n'a voulu le faire croire la gauche depuis. Elle s'explique dans un contexte d'un climat tendu à gauche au sujet de l'immigration. Le discours se durcit pour contrer une montée du FN qui l'avait emporté dans la législative partielle de Dreux, rappelle Libération dans un article consacré à cette célèbre formule.


"Laissez-moi lui ajouter son complément à cette phrase"

Le 4 juillet 1993, alors que le gouvernement Balladur durcit le ton face à l'immigration, Michel Rocard adoucit et complète ses propos. Toujours face à Anne Sinclair dans le cadre de l'émission 7 sur 7, l'ancien Premier ministre revient sur la formule de 1989 : "Laissez-moi lui ajouter son complément à cette phrase, énonce-t-il. Je maintiens que la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde. La part qu’elle en a, elle prend la responsabilité de la traiter le mieux possible. Mais à partir de là, ce n’est pas non plus une raison pour que la France se charge de toutes les xénophobies du monde."

En janvier 2015, dans une interview accordée au Journal du Dimanche bien des années plus tardMichel Rocard se montrait plutôt hostile à un renforcement des frontières. Dans un entretien qu'il nous a accordé en mars 2016, en pleine crise des migrants, l'ancien Premier ministre estimait que la France n'avait pas, justement, pris sa part dans l'accueil des réfugiés fuyant la guerre en Syrie. L'ex-locataire de Matignon se déclarait alors plus proche de la position pro-migrants de la chancelière allemande Angela Merkel.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Sous-marins australiens : Paris et Washington se renvoient la balle

EN DIRECT - Dans les trains longue distance, "99% des voyageurs contrôlés" ont un pass sanitaire

Pourquoi la disparition d'al-Sahraoui est un "gros coup" porté au groupe État islamique au Grand Sahara

Patrimoine, assurance-chômage... Les annonces d'Emmanuel Macron pour les travailleurs indépendants

Covid-19 : bientôt un allègement des restrictions en France ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.