La France refuse d'accueillir Julian Assange

La France refuse d'accueillir Julian Assange

Politique
DirectLCI
DIPLOMATIE - Le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, a fait une demande d'asile à la France à laquelle l'Elysée n'a "pas donné suite" vendredi. Au motif notamment qu'il fait "l'objet d'un mandat d'arrêt européen".

Julian Assange ne sera pas recueilli par la France. L'Elysée a en effet indiqué vendredi ne pas avoir "donné suite" à la demande d'asile formulée par le fondateur de Wikileaks. Motif ? Ce dernier fait toujours "l'objet d'un mandat d'arrêt européen". Et, précise l'Elysée, sa situation "ne présente pas de danger immédiat". 

Dans une lettre publiée par Le Monde vendredi , l'activiste australien de 43 ans, qui vit reclus depuis trois ans à l'ambassade d'Equateur à Londres ( et qui doit bientôt en sorti r), formule une demande d'asile à la France. "En m’accueillant, la France accomplirait un geste humanitaire mais aussi probablement symbolique, envoyant un encouragement à tous les journalistes et lanceurs d’alerte qui, de par le monde, risquent leur vie au quotidien pour permettre à leurs concitoyens de faire un pas de plus vers la vérité", écrit-il.

EN SAVOIR + >> Julian Assange promet d'autres révélations

"La France peut, si elle le souhaite, agir"

"Seule la France se trouve aujourd’hui en mesure de m’offrir la protection nécessaire contre, et exclusivement contre, les persécutions politiques dont je fais aujourd’hui l’objet. En tant qu’Etat membre de l’Union européenne, en tant que pays engagé par toute son histoire dans la lutte pour les valeurs que j’ai faites miennes, en tant que cinquième puissance mondiale, en tant que pays qui a marqué ma vie et qui en accueille une partie, la France peut, si elle le souhaite, agir", ajoute Julian Assange.

Wikileaks a publié récemment des documents de la NSA américaine révélant notamment que les trois derniers présidents français, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande, avaient été mis sur écoute par les Etats-Unis.

EN SAVOIR +
>> Les États-Unis auraient mis Chirac, Sarkozy et Hollande sur écoute
>> La Maison Blanche botte en touche
>> La France se met en colère : "Des faits inacceptables"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter