La France retire sa candidature à l'Exposition universelle de 2025 : décision "précipitée" pour Valérie Pécresse

DirectLCI
INCOMPRÉHENSION - Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé le retrait de la candidature de la France à l'organisation de l'Exposition universelle de 2025, en raison de "faiblesses structurelles" et "manque de partenariats". La présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse a exprimé son inquiétude sur LCI après cette décision.

"J'ai décidé de ne pas donner suite à la candidature de la France à l’Exposition universelle, qui sera retirée", a annoncé Edouard Philippe dans une lettre révélée ce dimanche par le JDD. Dans ce document, adressé à Pascal Lamy, le président du groupement d'intérêt public Expofrance 2025, le Premier ministre évoque notamment les "faiblesses structurelles" du modèle économique. Il refuse que, dans le contexte de "redressement de nos finances publiques", "de grever l'avenir (...) d'engagements supplémentaires non maîtrisés". Le chef du gouvernement a donc pris la décision de trancher dans le vif.


Informée samedi "de manière un peu brutale", la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse s'est dit "un peu déçue et quand même surprise" ce dimanche dans Le Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI. "Je savais que le Premier ministre, depuis longtemps, avait des doutes sur le modèle économique de cette Exposition universelle. On s'était mis d'accord sur un contrat qui était : si l'Exposition universelle a un modèle économique qui coûte zéro aux collectivités publiques, on la fait ; si on nous demande des subventions, on ne la fait pas", explique-t-elle. "Le deal de départ était celui-là. Là, le Premier ministre, unilatéralement, a décidé que le modèle économique ne lui convenait pas alors qu'on était en train d'y travailler."

L'avenir de la ligne 18 en question

Elle juge surtout "précipitée, soudaine" une décision "qui l'inquiète". "Elle m'inquiète, non seulement pour l'Exposition universelle qui aurait été une très belle vitrine (...) mais ça m'inquiète aussi plus durablement", ajoute-t-elle. En cause, le projet de la ligne 18 du métro entre Orly, Massy et le plateau de Saclay. La présidente de la région Ile-de-France craint une remise en cause de cette ligne, comprise dans le Grand Paris Express. "Je ne voudrais pas que l'Etat recule sur tous les grands projets structurants d'investissement du pays", insiste-t-elle, avouant avoir "peur" après l'abandon de NDDL et de l'Expo universelle que la construction de cette ligne soit abandonnée. 

En vidéo

ARCHIVE - Zoom sur... la Tour Eiffel et l'Exposition universelle de 1889

Après les élus locaux et le monde économique, la communauté de l'enseignement supérieur et de la recherche, dont de grands noms de la science, s'est mobilisée pour réclamer solennellement au président de la République de respecter le calendrier annoncé. À ce jour, une pétition "pour l'ouverture de la ligne 18 en 2024" a récolté plus de 17.000 signatures.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter