La flambée du chômage en août ruine-t-elle les plans de Hollande pour 2017 ?

La flambée du chômage en août ruine-t-elle les plans de Hollande pour 2017 ?

IRA/IRA PAS ? L’inversion de la courbe du chômage, François Hollande en a fait la principale condition de sa candidature pour 2017. Alors que la forte hausse du nombre de demandeurs d’emploi en août le fragilise, le chef de l'Etat semble malgré tout se préparer pour la présidentielle.

C'est un sérieux camouflet à sept mois de la présidentielle. Les chiffres du chômage publiés lundi montrent que le nombre de demandeurs d’emploi a fortement augmenté au mois d’août (+50.200 personnes, et +1,4% par rapport à juillet). Une très mauvaise nouvelle pour François Hollande, qui a fait de la baisse durable du chômage en 2016 sa principale condition à une candidature à sa réélection. Mais le ministère du Travail, pour expliquer ces mauvais résultats, n’a pas manqué de souligner l’impact des attentats et une tendance qui "demeure favorable", avec 24.000 demandeurs de moins depuis le début de l’année. Les proches de Hollande, de leur côté, écartent les chiffres de Pôle emploi pour mieux mettre en avant le taux de chômage mesuré par l'Insee, soulignant qu'il a reculé de 0,3 point au deuxième trimestre, à 9,9%. Et même à 9,6% pour la seule France métropolitaine, ce qui place ce taux à son niveau le plus bas depuis l’automne 2012. 

Ce mardi matin sur Radio Classique, la ministre du Travail Myriam El Khomri a ainsi déclaré que ces chiffres "ne remettent pas en cause ni la trajectoire ni le chemin parcouru en la matière. Ce n’est pas moi qui le dis, c’est l’Insee, qui dit que depuis un an le taux de chômage en France est passé de 10,5% à 9,9%. En effet il y a une forme de trou d’air au mois d’août. La tendance depuis le début de l’année est à la baisse du chômage, elle reste à la baisse du chômage." Ces justifications sont-elles valables et permettront-elles à François Hollande de justifier une nouvelle candidature pour 2017 ?

"Ces chiffres ne remettent pas forcément en cause l'engagement du président"- Bruno Jeanbart, OpinionWay

Les arguments des pro-Hollande sont en tout cas jugés recevables par le directeur général adjoint d'OpinionWay Bruno Jeanbart, joint par LCI. Pour le politologue, "ces chiffres ne remettent pas forcément en cause l'engagement du président, qui n'était pas très clair". "Cela dépend des chiffres que l'on regarde, explique-t-il. Depuis le début de l'année ou sur un an, le chômage a diminué. On peut aussi penser que cette hausse élevée au mois d'août sera compensée les mois prochains. Le président n'a pas soumis sa candidature à un chômage moins important que lors de son arrivée à l'Elysée."

C'est aussi sur le flou autour de cette promesse que jouent les proches de François Hollande. Lundi soir, invité par BFMTV à commenter ces résultats qui pourraient sonner le glas de la candidature du président socialiste, le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis a déclaré : "Je ne crois pas que l’on puisse décider d’une candidature à l’élection présidentielle sur ce seul critère". 

Hollande convaincu d'une baisse du chômage en 2016

Même son de cloche chez Bruno Le Roux, qui continue de croire en son président. "François Hollande, avec qui j’ai eu l’occasion de discuter, est convaincu que nous sommes, sur l’année 2016, dans une année où le chômage va baisser (…). Il tient ses engagements. Aujourd’hui, il n’y a, dans notre pays, aucun critère qui soit moins bon qu’en 2012 quand nous sommes arrivés", a affirmé le président du groupe socialiste à l’Assemblée sur Public Sénat. 

Aux yeux de Bruno Jeanbart, le problème du chef de l'Etat sera surtout de surmonter l'effet néfaste que ces résultats provoquent sur l'opinion. "Il est évident que c'est un mauvais signal. Les Français ne considèrent pas que le chômage est orienté à la baisse. Une diminution est longue à se faire ressentir dans l'opinion, autour de 6 à 8 mois. A l'heure actuelle, la thématique du 'ça va mieux' ne convainc pas les électeurs". La seule chance de François Hollande, nuance le sondeur, est qu'aujourd'hui aucune candidature autre que la sienne ne s'est imposée à gauche, et que celle-ci n'a pas réellement l'alternative".

VIDÉO. "La dynamique est là" : Vallaud-Belkacem défend le bilan de Hollande

En vidéo

"La dynamique est là" : Vallaud-Belkacem défend le bilan de Hollande

Sur le même sujet

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.