La Légion d’honneur donnée seulement aux plus méritants ? Comment Macron veut "revaloriser" la plus importante décoration de France

LE CHANGEMENT C'EST MAINTENANT - Retour au critère du mérite, réduction du nombre de décorations... Le Conseil des ministres doit entériner ce jeudi de nouvelles règles pour la légion d’honneur.

En donner moins, pour qu’elle ait davantage de valeur. Un peu comme la loi de l’offre et de la demande sur le marché, sauf qu’il s’agit là de la Légion d’honneur. D’après des révélations du Figaro ce jeudi, Emmanuel Macron entend en effet réduire le nombre de décorations octroyées, et faire revenir le seul critère du mérite pour décider de qui peut y prétendre ou non. Le Conseil des ministres doit se prononcer ce jeudi sur de nouvelles modalités d’attribution concernant ce symbole national.


Le chef de l’Etat avait déjà marqué sa volonté de "revaloriser" cette distinction nationale, la plus haute de France, qui avait été créée par Napoléon Bonaparte en 1802. Et cela passe par une réduction des promotions.

Réduction des effectifs

Sont donc sur la sellette des usages en cours, comme l’attribution quasi-automatique du ruban à certaines catégories, comme les anciens ministres, les académiciens, les anciens ambassadeurs, ou encore les militaires partis en mission, qui représentent aujourd’hui 40% des décorés.


Le premier effet de cette mesure va être une réduction drastique du nombre de lauréats. Au sortir du Conseil des ministres ce jeudi après-midi, le porte-parole Crhstophe Castaner a confirmé "une réduction forte" du nombre de récipiendaires. "Le président de la Répbulique a voulu retrouver l'esprit de cette reconnaissance de très haut niveau, on n'a pas la légion par copinage", a-t-il expliqué. Les changements se feront sentir dès le 14 juillet prochain. D’après Le Figaro, ne doivent pas être proposés, pour la promotion du 1er janvier 2018, plus de 600 personnes à décorer, une liste qui sera ensuite affinée par le Conseil de l’Ordre de la légion d’honneur puis par le président de la République. Au final, les promotions devraient être bien moindres que les dernières, qui n'avaient cessé d'augmenter (en 2017, 731 civils avaient été décorés). Emmanuel Macron a déjà commencé son toilettage : pour la promotion du 14 juillet dernier, il n’avait retenu que 101 lauréats sur 600 dossiers présentés. 

En vidéo

Weinstein : "J'ai engagé une procédure auprès de la Grande chancellerie pour que la Légion d'honneur lui soit retirée"

Fin des mondanités

Les nouvelles modalités pour être retenu ? L’idée est de tout axer sur la valeur des bénéficiaires, avec des dossiers fondés "exclusivement sur le mérite", une action "inscrite dans la durée et au service de l’intérêt général", explique l'entourage présidentiel au Figaro.  Vont aussi être mises avant les personnes méritantes issues de secteurs d’activités émergents comme le numérique. Emmanuel Macron souhaite enfin relancer la procédure de l'"initiative citoyenne", qui permet à tout Français de proposer un nom en constituant un dossier biographique et en réunissant 50 signatures de citoyens, présentées en préfectures. 


Cette cure d’amincissement imposée par un Président est une première sous la Ve République. Car si chaque Président a voulu imprimer sa marque – De Gaulle l’a ouverte aux médaillés des JO, VGE a voulu plus de femmes, Nicolas Sarkozy a demandé la parité, Hollande a voulu plus d’associations et de diversité -, Emmanuel Macron est le premier à en réduire le nombre à ce point. Une critique en creux vis-à-vis de son prédécesseur ? Le Figaro rappelle que sous le précédent quinquennat, la remise des décorations avait "pris une place considérable", que le Président prenait plaisir à enchaîner plusieurs fois par mois, alternant traits d’humour, petite piques, règlement de comptes. "À la fin, le rythme s’était encore intensifié. Avec des décorations de plus en plus collectives. Des VIP au garde-à-vous, des invités se pressant au buffet, des selfies sous les dorures du Palais."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Emmanuel Macron dans la course à l'Elysée

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter