La loi "antigaspi" a été votée cette nuit à l'Assemblée, mais...

JT 20H - La perspective de l'instauration d'un système de consigne pour les bouteilles en plastique met en colère les collectivités. Pourquoi les villes s'opposent-elles à ce dispositif ? Quel intérêt ont-elles à collecter ces bouteilles ?

POLITIQUE - L'Assemblée nationale a voté dans la nuit de jeudi à ce vendredi le projet de loi anti-gaspillage consacré à "l'écologie du quotidien" et à la chasse au "tout jetable", après deux semaines de débats qui se sont tendus sur la consigne des bouteilles en plastique, repoussée à plus tard.

Socialistes et LR sont venus apporter leurs voix à la majorité pour ce texte, examiné en première lecture et approuvé par 49 députés, face à cinq abstentions des élus communistes et Libertés et Territoires, et un vote contre de la France Insoumise, dans la nuit de jeudi à ce vendredi. Dans la foulée, Brune Poirson, secrétaire d'État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, s'est dit  "très heureuse du vote du projet de loi anti-gaspillage au-delà des clivages partisans".

En plein mouvement social sur les retraites, ce projet de loi, voulu comme un marqueur environnemental de l'acte II du quinquennat, n'a toutefois pas eu l'écho souhaité. De plus, son image a été brouillée par le conflit opposant le gouvernement aux professionnels du recyclage et aux associations de collectivités, sur la consigne pour recyclage des bouteilles en plastique. Un sujet qui a pris "beaucoup trop de place" aux yeux de plusieurs députés LaREM, dont la présidente de la commission du Développement durable, l'ex-EELV Barbara Pompili, "agacée par cette affaire".

Ce serait mentir de dire que sortir du plastique jetable prend moins de vingt ans.- Brune Poirson, secrétaire d'État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire

Cette affaire ? Au départ, le gouvernement voulait en faire une mesure phare, avec un nouveau geste pour les Français qui, comme dans plusieurs pays européens, auraient payé une "caution" sur leurs bouteilles puis récupéré quelques centimes d'euros en les rapportant dans des automates dédiés. Le but ? Atteindre les objectifs européens de taux de collecte de 77% de bouteilles plastique en 2025 et 90% en 2029, quand la France plafonne aujourd'hui à moins de 60%.

Mais les professionnels des déchets et collectivités, qui craignent de perdre des ressources, sont montés au créneau. Et le ministère de la Transition écologique s'est résolu à un "compromis" : il leur laisse finalement jusqu'en 2023 pour tenter d'atteindre les objectifs intermédiaires de collecte, faute de quoi, après "concertation", le dispositif de consigne pour recyclage pourrait être "mis en oeuvre". 

Lire aussi

Dans les deux camps, les accusations de "manipulations" par les lobbies ont fusé. Le "compromis" gouvernemental n'a convaincu ni la droite, ni les associations d'élus qui redoutent une consigne "inéluctable" et fustigent "une remise en cause de trente ans d'investissement" dans les centres de tri sélectif. Tandis que chez les écologistes, à l'exception de Nicolas Hulot ou de la fondation Tara, favorables au dispositif, les ONG ont souvent hésité, demandant surtout des garanties sur le réemploi (et non le recyclage). A l'exception notable de l'ONG WWF, pour qui le projet de loi est dans l'ensemble "très décevant" et représente une "occasion manquée de sortir de la société du tout-jetable".

Autre point de rupture, et non des moindres : le texte vise la fin des emballages plastique à usage unique en 2040. "Trop tard" pour WWF et "irréaliste" pour les industriels, alors que la secrétaire d'Etat Brune Poirson, tenante d'une écologie pragmatique, juge, elle, que "ce serait mentir de dire que sortir du plastique jetable prend moins de vingt ans".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

Voici l'attestation de déplacement dérogatoire nécessaire à partir de ce samedi 28 novembre

EN DIRECT - Déconfinement : en Allemagne, des restrictions jusqu'au printemps ?

Producteur de musique tabassé : retour sur la chronologie des faits

Nombre de convives, aération... quels conseils pour passer des bonnes fêtes de fin d'année ?

Lire et commenter