La nomination suspecte du fils de Jean-Yves Le Drian

La nomination suspecte du fils de Jean-Yves Le Drian

DirectLCI
POLEMIQUE - Thomas Le Drian, fils du ministre de la Défense, vient d'être nommé par le président du directoire de la Société nationale immobilière (SNI) au comité exécutif. Un ascension fulgurante au regard du CV du jeune homme et qui nourrit les soupçons au sein de la SNI.

C'est ce que l'on appelle couvrir ses arrières. André Yché, président du directoire de la Société nationale immobilière (SNI), filiale de la Caisse des dépôts, vient de nommer, en toute discrétion, un nouveau chargé de mission. Et ce n'est pas, semble-t-il, son CV qui a permis à ce jeune homme de seulement 29 ans de se voir propulsé au prestigieux "Comex" (comité exécutif) de la SNI, à la tête de 275.000 logements sociaux. Mais son nom : Thomas Le Drian. Ce dernier n'est en effet nul autre que le fils du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. Diplômé d'une école à la réputation modeste, le voilà aujourd'hui dans un fauteuil au sommet.

Une ascension précipitée qui fait grincer pas mal de dents, d'après Libération . Certains cadres interrogés par le quotidien se disent en effet "un peu effarés", quand d'autres n’hésitent pas à comparer la situation à "la tentative avortée de placer le fils de Nicolas Sarkozy à la tête de l'Epad". Mais surtout, ils voient dans cette nomination une manœuvre d'André Yché pour conserver son poste. "C'est pour assurer ses arrières, montrer qu'il sait rendre service", commentent-ils ainsi.

Un échange de bons procédés ?

Car l'élection de François Hollande aurait, semble-t-il, inquiété André Yché, que l'on disait proche de Nicolas Sarkozy. L'homme était en effet, selon Libération, dans le viseur de nombreux élus de gauche pour sa gestion très "libérale" du logement social. Dans des "notes blanches" adressées à l'Elysée, sans en-tête ni signature, cet ancien militaire y déroulait sa vision de la politique du logement, où il recommandait d'organiser la cession de 200.000 logements sociaux sur 10 ans, afin de dégager des milliards d'euros de "plus-values". Pas très "social", donc.

Avec l'arrivée de François Hollande au pouvoir, son départ faisait peu de doutes. Sauf que l'homme a tissé sa toile dans le milieu militaire. En juillet dernier, Jean-Yves Le Drian lui a remis personnellement la médaille de l'ordre du mérite. Six mois plus tard, André Yché nommait le fils de ce dernier à ses côtés. S'agit-il d'un échange de bons procédés ? Le patron de la SNI aurait-il bétonné son poste, en offrant une (trop) belle opportunité au fils de Le Drian ? Ni ce dernier, ni son père n'ont souhaité se justifier auprès de Libération.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter