La petite "blague" de Nicolas Dupont-Aignan sur les députés de LaREM qui ne passe pas du tout

La petite "blague" de Nicolas Dupont-Aignan sur les députés de LaREM qui ne passe pas du tout
Politique
DirectLCI
POLÉMIQUE - La petite "blague" de Nicolas Dupont-Aignan au sujet des députés de la majorité ne passe vraiment pas. Ce week-end, il a appelé à ne pas "laisser repartir vivants les députés En Marche ! s’ils votent le projet loi Pacte". Une phrase qu'il a qualifiée de "blague" mais qui indigne les députés de la majorité.

Des propos qui ne passent pas. Pas du tout. Ce week-end à Orly (Val-de-Marne), Nicolas Dupont Aignan participait à une réunion publique contre les nuisances aériennes et contre le projet de la loi Pacte, notamment. Un projet de loi qui prévoit la privatisation des aéroports. 


Au cours de cette réunion, le patron de Debout la France a appelé "à ne pas laisser repartir vivants les députés En Marche ! s’ils votent le projet loi Pacte". Des propos dénoncés par des députés de la majorité, Laurent Saint-Martin et Maud Petit mais pas seulement. D'autres élus se sont indignés après ces propos. 

Peu de temps après les déclarations de Nicolas Dupont-Aignan, le président du conseil départemental de l'Essonne, François Duvovray (LR), avait pris le micro pour remettre un peu le président de Debout la France, en place. Il a rappelé que "le rôle d’un élu n’était pas d’appeler au lynchage d’autres élus". 


Le conseiller départemental PS de l'Essonne, Damien Allouch, indique pour sa part au Parisien : "il a fallu qu’on me répète ses propos pour que je sois sûr de ce que j’avais entendu. Quand cela s’est confirmé, je suis parti". Mais l'indignation n'était toujours pas retombée, le lendemain de cette prise de parole. 


Dans un communiqué publié ce dimanche, les députés LaRem Laurent Saint-Martin et Maud Petit se sont indignés et ont dénoncé "la gravité de déclarations d'un élu de la nation dans un climat délétère de violences récurrentes envers les parlementaires". 

Pour le patron de Debout la France, il s'agissait avant tout d'une "blague" et qu'il s'agit d'une "tempête dans un verre d'eau". "J’ai tout de suite précisé qu’il s’agissait d’une blague, d’ailleurs tout le monde a compris", s'est défendu l'homme politique, dans Le Parisien. 


L'entourage de Nicolas Dupont-Aignan a accusé la majorité d'avoir sciemment détourné la tonalité de ses propos. 

"C’est une expression populaire, il n’y avait aucune intention malveillante. Leur communiqué est de la pure instrumentalisation", a estimé le patron de Debout la France. Puis de juger que les deux députés de la majorité avaient été "gonflés d'être venus".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter