La renonciation, Emmanuel Macron... les états d'âmes de François Hollande racontés par ses conseillers les plus proches

La renonciation, Emmanuel Macron... les états d'âmes de François Hollande racontés par ses conseillers les plus proches

Politique
DirectLCI
POLITIQUE - Deux livres rédigés par d'anciens conseillers de François Hollande sortent ces prochains jours. Ils reviennent sur le choix de l'ancien président de ne pas se représenter, et sur son aveuglement quant aux ambitions de son protégé Emmanuel Macron.

"Quand j’y pense, heureusement qu’il y a eu le livre de Davet et Lhomme, sinon j’aurais été contraint de me représenter." C'est ce qu'a affirmé François Hollande à son ancien conseiller en communication Gaspard Gantzer, qui sort cette semaine un livre dévoilant quelques secrets encore jamais révélés sur le quinquennat de l’ex-président. 


Dans La politique est un sport de combat, l'ex-chef de la communication de l’Elysée dévoile que l’ancien locataire de l'Elysée lui a annoncé deux jours avant sa renonciation télévisée, le 29 novembre, qu’il se dirigeait vers une "non-candidature". Notamment à cause du livre Un président ne devrait pas dire ça, de Gérard Davet et Fabrice Lhomme. 


Pourtant, dans le livre Et si tout s’était passé autrement de Vincent Feltesse, lui aussi ancien conseiller de François Hollande, on apprend que tout était prêt pour l'annonce de la candidature de l'ex-président. Trois dates avaient été choisies, le 28 novembre et les 4 et 8 décembre, notamment pour une déclaration en province et un journal télévisé. Un slogan avait même été trouvé : "Nous sommes la France". 

En vidéo

EXCLU TF1 : dans les pas de François Hollande, cinq mois après son départ de l’Elysée

Pour François Hollande, Emmanuel Macron se préparait pour... 2022

Gaspard Gantzer revient également sur la relation entre François Hollande et son protégé Emmanuel Macron. Il confirme ce que beaucoup avaient déjà assuré : l'ancien président ne s’est jamais assez méfié de celui qui a été son ministre de l'Economie. "Evidemment, il travaille pour 2022" affirmait l’ex-chef de l'Etat, sans se douter un instant que son protégé pensait déjà à 2017 et n'avait qu'un but : l’évincer. "Politiquement, son créneau est trop étroit. C’est une niche, il ne pourra jamais rassembler avec ce positionnement, pas plus porteur que celui du MoDem" assurait aussi François Hollande à son conseiller. 


Le livre de Gaspard Gantzer révèle également que l’entourage de François Hollande a exercé en février 2016 une forte pression pour remplacer Manuel Valls par Emmanuel Macron à Matignon (et ainsi réduire ses chances pour 2017).

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter