La sécurité, priorité d'Emmanuel Macron à un an de la présidentielle

Sécurité : Macron veut "plus de bleu partout"

CAMPAGNE - À un an de l'élection présidentielle, Emmanuel Macron fait de la sécurité l'une de ses priorités. Le chef de l'État ne veut pas laisser d'avance à la droite et au Rassemblement national sur le sujet, convaincu que ce dernier sera central d'ici à 2022.

La sécurité s'affirme une fois de plus comme l’une des priorités de la fin du quinquennat d'Emmanuel Macron. Alors que la politique régalienne est souvent vue comme un angle mort de son action politique et son talon d’Achille, le président de la République ne veut pas laisser la droite et l’extrême droite prendre trop d’avance sur le sujet, à un an de l’élection présidentielle. 

Alors ce lundi 19 avril dans un long entretien au Figaro, Emmanuel Macron défend son bilan et sa politique de "sécurité du quotidien", annonçant au passage de nouvelles mesures. Il a effectué le même jour un déplacement à Montpellier en compagnie de son ministre de l’Intérieur. En pleine pandémie, les déplacements sur des sujets autres que la lutte contre le Covid-19 sont rares. Le fait que l’un d’eux soit consacré à la sécurité n’est pas un hasard.

Pourtant, Emmanuel Macron se défend de toute stratégie électoraliste. "Ce que je sais, c’est surtout que c’est un enjeu majeur pour le pays. Je n’ai pas en tête un quelconque agenda politique", assure-t-il au Figaro. Mais impossible pour lui de ne pas avoir en tête qu’il s’agit d’une des préoccupations des Français. Selon une récente étude de l’institut Elabe, les électeurs citent à égalité l’emploi (31%), le pouvoir d’achat (31%) et la sécurité (30%) comme les thèmes qui compteront le plus dans leur choix à l’élection présidentielle. Il sait aussi qu’il s’agit du point fort de la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen, annoncée comme son adversaire au second tour de l’élection présidentielle. 

Darmanin, monsieur sécurité du gouvernement

Ce virage sécuritaire a été emprunté il y a plusieurs mois déjà par le chef de l’Etat. Son premier signe fort fut la nomination de Gérald Darmanin au ministère de l’Intérieur, en juillet 2020. Le sarkozyste remplace l’ancien socialiste Christophe Castaner, et annonce très vite la couleur en appelant quelques jours après sa nomination à "stopper l’ensauvagement d’une certaine partie de la société". Après l’attentat contre Samuel Paty, il réclame avec fermeté l’expulsion d’étrangers fichés S. Gérald Darmanin défend ensuite la controversée loi de "sécurité globale" et son article 24, adoptée par le Parlement mi-avril – avec un article 24 remanié - malgré une vive contestation des défenseurs des libertés publiques. Le ministre de l'Intérieur pilote également l'autre projet de loi cher au président de la République, relatif à la lutte contre le "séparatisme". 

S’il laisse son ministre de l’Intérieur donner des gages à la droite, Emmanuel Macron prend également la parole sur le sujet. En décembre 2020, en plein débat sur les violences policières, il annonce la tenue d'un "Beauvau de la sécurité" afin d'"améliorer les conditions d'exercice" des forces de l'ordre et "consolider" leurs liens avec les Français. Cette consultation doit poser les fondements d’une ambitieuse loi de programmation de la sécurité intérieure à l’horizon 2022 et se clôturer en mai prochain.

Lire aussi

Le chef de l'Etat fait donc tout pour occuper le terrain sur ce sujet, quand ses adversaires l'accusent de ne penser qu'à 2022 après quatre ans d'inaction. Pour le député LR Eric Ciotti, l'interview dans Le Figaro "ne rassemble que des slogans électoraux à un an de la présidentielle alors que depuis quatre ans les actes défaillants ont conduit à l’explosion de la délinquance, à des niveaux d’immigration records et à une montée inédite de l’islamisme". À l'extrême droite, la présidente du RN Marine Le Pen a jugé que "le Président du chaos, de la violence partout, tout le temps, de la division, de l’injustice sociale, fiscale, territoriale, nous vend aujourd’hui 'la vie paisible'. Rien ne nous sera épargné."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : le nombre de patients en réanimation poursuit sa baisse

Un morceau de fusée chinoise continue sa chute vers la Terre, sans que l'on sache sa destination

Injecter le vaccin AstraZeneca sans limite d'âge : la France ferait-elle cavalier seul dans l'UE ?

Mérignac : une femme tuée, brûlée vive en pleine rue par son compagnon

Procès Lelandais : ses amis tentent de lui faire fendre l'armure

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.