La tombe du général de Gaulle vandalisée : "Un acte contre la France"

DirectLCI
CONSTERNATION- Dans les heures qui ont suivi l'annonce de l'acte d'un individu qui a brisé la croix trônant sur la sépulture de Charles de Gaulle samedi soir, les réactions du monde politique se sont succédé. Emmanuel Macron, Edouard Philippe, Nicolas Sarkozy, François Fillon et beaucoup d'autres n'ont pas caché leur colère.

Une énorme émotion. L'Elysée a assuré samedi soir que "toutes les actions requises en réponse" à la dégradation de la tombe du général de Gaulle à Colombey-les-deux-Eglises (Haute-Marne) seront "conduites dans les meilleurs délais". "La mémoire et la figure du général de Gaulle sont chères à tous les Français", souligne la présidence qui précise qu'Emmanuel Macron "s'est assuré (...) de la prompte réparation de la sépulture".

Le président Macron a appris "avec émotion (...) l'acte de vandalisme perpétré contre la tombe du général de Gaulle" et a adressé à sa famille "ses sincères pensées", toujours selon l'Elysée. "Un acte de vandalisme commis sur la tombe du général De Gaulle, c'est un acte contre la France", a tweeté pour sa part le Premier ministre Edouard Philippe, exprimant sa "tristesse" et sa "consternation".

Ailleurs aussi, dans la classe politique, ce faits divers, a évidemment fait beaucoup réagir. Sur Twitter, Nicolas Sarkozy n'a ainsi pas caché sa colère. 

Tout comme François Fillon. Lui aussi sur le réseau social.

Même son de cloche indigné pour Marine Le Pen, la candidate FN.

Selon les autorités judiciaires locales, un individu a donné deux coups de pied sur le socle de la croix qui surmontait la tombe, provoquant sa chute mais sans occasionner d'autres dommages. La tombe renferme la dépouille du général de Gaulle depuis son décès en 1970 dans le village de Colombey-les-deux-Eglises où il possédait une propriété. Il y repose aux côtés de son épouse Yvonne et de sa fille Anne.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter