La TVA Sarkozy laisse des regrets à Hollande

La TVA Sarkozy laisse des regrets à Hollande

DirectLCI
SI J'AVAIS SU - Dans des confessions receuillies par une journaliste du Monde, François Hollande admet avoir été "trop loin" en supprimant la hausse de la TVA décidée par son prédécesseur.

Point autocritique pour François Hollande. Cité dans un livre de la journaliste du Monde Françoise Fressoz, le chef de l'Etat reconnait qu'il n'aurait peut-être pas dû supprimer dans les premiers mois de son quinquennat la hausse de TVA projetée par Nicolas Sarkozy.

Et le président d'avouer dans le livre Le Stage est fini que, si c'était à refaire : "Je ne serais pas allé aussi loin, j'aurais gardé l'augmentation de la TVA décidée par Nicolas Sarkozy pour boucler le budget qu'il nous avait laissé. (...) J'aurais fait le crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) pour les entreprises et j'aurais évité les hausses dans les budgets suivants", a-t-il poursuivi, tout en soulignant que "le plus grand échec" de son prédécesseur aura été précisément "la compétitivité".

Rupture avec la majorité

"On paie souvent la première loi de finances rectificative", relève le président Hollande. "Pour Sarkozy, c'était la loi travail, emploi, pouvoir d'achat [loi TEPA et son "bouclier fiscal"] interprétée comme un cadeau fiscal" et qu'il "a payée tout son quinquennat". "Nous, on a payé les 11 milliards d'impôts nouveaux levés à notre arrivée", admet-il.

Mais François Hollande n'a pas que des regrets. Il assume pleinement son "choix le plus lourd", à savoir "l'acceptation du traité européen" qu'il assurait vouloir renégocier pendant la campagne de 2012. "La rupture avec la majorité intervient là, pas plus tard", observe-t-il. "J'ai accepté le traité pour situer la France au cœur de l'Europe et non en marge", se défend-il. 

EN SAVOIR + >> Ce que Hollande a abrogé de Sarkozy

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter