La République en marche en crise : que se passe-t-il au sein du parti présidentiel ?

Illustration d'un bureau exécutif de La République en marche, le 20 juillet 2020 à Paris
Politique

POLITIQUE - La démission lundi de Pierre Person, numéro 2 du parti présidentiel, a enfoncé un peu plus dans la crise la République en marche. Quel mal ronge en interne le mouvement créé par Emmanuel Macron ?

Il voulait créer un "électrochoc". Mission accomplie pour Pierre Person, ex-numéro 2 de La République en marche. Depuis l’annonce de son départ lundi 21 septembre, rien ne va plus au sein du parti présidentiel. L’ex-socialiste qui avait fondé "Les jeunes avec Macron" dès 2015 a expliqué dans un entretien au Monde choisir de démissionner de ses fonctions de délégué général adjoint et de ne plus siéger au bureau exécutif "pour donner un nouveau souffle au parti".

Selon le député de Paris, "des changements cosmétiques et d’habillage ne suffiront pas" à faire évoluer LaREM, "resté dans sa logique de 2017, qui était de porter le projet présidentiel", et dont l'organisation est "repliée sur elle-même". Pierre Person avait invité "tous ceux qui veulent bâtir les succès de demain à quitter eux aussi leurs fonctions à la tête du parti pour écrire une nouvelle page".

Il a été entendu par Sacha Houlié lundi soir, lors du bureau exécutif qui s'est tenu au siège du parti. La députée Aurore Bergé a elle aussi démissionné de son poste de porte-parole du parti, à cause de désaccords sur le calendrier - que partageait également Pierre Person. "Si tu maintiens ce calendrier reporté, alors je ne resterai pas", a-t-elle menacé après que Stanislas Guerini a proposé que le renouvellement des membres du Bureau exécutif (BurEx), initialement prévu en novembre, soit reporté après les élections régionales, au printemps.

Lire aussi

La droitisation du parti en cause

En filigrane derrière ces démissions et déchirements, se cache la ligne politique du parti. Cela fait de nombreux mois que les membres de La République en marche s'opposent sur son positionnement, trop à droite pour les tenants de l'aile gauche et les anciens socialistes tels Pierre Person. C'est ce virage à droite, identique à celui appliqué dans la politique d'Emmanuel Macron et au sein du gouvernement, qui a déjà poussé de nombreux députés à quitter le groupe LaREM à l'Assemblée nationale. Si bien que ce dernier ne bénéficie plus de la majorité, et doit compter sur ses alliés MoDem ou Agir.

La démission de Pierre Person intervient également après une lourde défaite de LaREM aux législatives partielles qui se sont déroulées dimanche dernier. Aucun des six candidats marcheurs ne s’est qualifié pour le second tour, y compris dans une circonscription conquise il y a trois ans. Le parti d'Emmanuel Macron jouera également gros lors des élections régionales de mars 2021, mais risque de se déchirer sur la stratégie à adopter (présenter des poids lourds et membres du gouvernement, soutenir des sortants...).

A l'issue de ces élections, le renouvellement du bureau exécutif du parti promet encore quelques discussions houleuses. Une bataille est déjà annoncée entre plusieurs têtes de listes potentielles qui se préparent à contester la direction actuelle. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent