Laurent Berger réclame un "chèque relance" à destination des plus précaires

Laurent Berger réclame un "chèque relance" à destination des plus précaires
Politique

REVENDICATION - Depuis le début de la crise sanitaire, le nombre de personnes précaires ne cesse d'augmenter. Alors que le gouvernement doit lancer une concertation concernant la pauvreté le 17 octobre, Laurent Berger, invité politique d'Elizabeth Martichoux, propose plusieurs mesures pour venir en aide aux plus démunis.

Le 3 septembre, le gouvernement a annoncé un plan de relance de 100 milliards d'euros. 800 millions doivent être consacrés aux plus démunis, dont 533 millions réservés à la hausse exceptionnelle de l’allocation de rentrée scolaire. Invité d'Elizabeth Martichoux, jeudi 8 octobre, Laurent Berger estime que la somme "n'est pas à la hauteur de l'enjeu". Pour venir en aide aux Français en situation de précarité, le secrétaire général de la CFDT estime que le recours à un "chèque relance" est nécessaire, tout comme l'augmentation du RSA et l'instauration d'un RSA jeunes. Il espère que l'exécutif, qui doit lancer une concertation sur une nouvelle politique de lutte contre la pauvreté le 17 octobre, ira dans ce sens.

Lire aussi

L'augmentation du RSA et la création d'un RSA jeune

"Nous observons que ceux qui sont impactés sont les jeunes, les travailleurs indépendants qui se sont retrouvés sans rien, les personnes qui étaient déjà en situation de précarité comme les intérimaires, les personnes en CDD qui n’avaient pas suffisamment cumulé de droits pour avoir l’assurance chômage et les ménages qui étaient limités en capacité de pouvoir d’achat [...]. Ceux-là, il faut absolument les aider et c'est ce qui est attendu du gouvernement", déclare Laurent Berger.

Alors que le nombre de bénéficiaires du RSA bondit en raison de la crise sanitaire actuelle, le secrétaire général de la CFDT demande tout d'abord la revalorisation du RSA à au moins 60% du Smic. "Il faut monter de 100 euros le RSA." Un RSA pour les jeunes de moins de 25 ans fait aussi partie de ses doléances, "car ils n’ont pas de filet de sécurité". "750.000 jeunes arrivent sur le marché du travail et il faut les aider particulièrement", prévient-il.

Un "chèque relance" pour aider à l'achat de produits alimentaires

Enfin, à l'image du "chèque déconfinement" de 400 euros pour les ménages les plus précaires évoqué en mai par le délégué général de La République en marche Stanislas Guerini, Laurent Berger voudrait voir distribué à la population françaises un "chèque relance". "Des mesures ont déjà été prises pour l’accès à l’emploi, mais il faut aussi renforcer par l’aide à la vie concrète" estime-t-il. Ce chèque, dont il ne précise pas le montant, pourrait entre autres servir à aider à l'achat de produits alimentaires.

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Dans la même veine, Christophe Ramaux, membre des Economistes atterrés, proposait aussi début septembre sur France Info la création d'un chèque de 1000 euros pour 30% des ménages les plus précaires (moins de 1400 euros par mois), afin de leur permettre d'acheter des produits français, financé par une imposition exceptionnelle sur le patrimoine des plus aisés.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : le patronat accède à certaines demandes des syndicats sur le télétravail

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

Vers la fin de l’attestation de déplacement pour Noël ?

"L’eau ça mouille… " : quand Monoprix ridiculise les restrictions dans les rayons

Infox : non, la réforme des retraites n'a pas été adoptée !

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent