Le changement de nom du FN ? Une "trahison" pour Jean-Marie Le Pen

Le changement de nom du FN ? Une "trahison" pour Jean-Marie Le Pen
Politique

POLITIQUE - Jean-Marie Le Pen a fustigé le changement du nom du Front national, attendu dans la soirée du vendredi 1er juin. Une "trahison" et un "honteux effacement de son identité" selon le cofondateur du parti d'extrême droite.

Ne l’appelez plus "Front national". La formation politique d'extrême droite s'appelle officiellement, à partir de ce vendredi soir, le Rassemblement national, deux mois après un congrès durant lequel ce nom a été proposé par Marine Le Pen. Un changement de nom approuvé par 80,81% des militants FN, mais qui ne plait guère à son père, qui a dénoncé une "trahison".

"L'honteux effacement de son identité est le coup le plus rude que le Front national ait jamais reçu depuis sa fondation", a affirmé le cofondateur du FN dans un communiqué. "Plus qu'une étiquette, c'est aussi une longue et courageuse histoire militante que l'on renie", s'est-il insurgé, condamnant "les inspirateurs comme les exécutants" de cette décision. 

En vidéo

"Seuls les adversaires et les concurrents tireront bénéfice de cette trahison"

Pour le député européen, "rien de bon ne saurait naître d'un tel abandon, ni pour le mouvement lui-même, ni pour le service des Français". "Seuls les adversaires et les concurrents tireront bénéfice de cette trahison", a conclu celui qui a présidé le parti pendant 38 ans, de 1972 à 2011 et qui a été évincé du parti après de nombreux dérapages antisémites, racistes et homophobes.

Pour Marine Le Pen, ce nouveau nom est avant tout une référence au groupe parlementaire frontiste qui, entre 1986 et 1988, s'est appelé "Front national-Rassemblement national". Celui-ci comptait alors plusieurs députés de la droite classique. Le RN gardera l'emblème de la flamme, calque du logo du parti néofasciste italien Mouvement Social Italien (MSI), aujourd'hui disparu. De quoi rallier les 48% de récalcitrants qui avaient exprimé, dans un questionnaire distribué à l'automne, leur opposition à un changement de nom. Une très large majorité de militants s'étaient en revanche dits attachés à la flamme, "identification" au parti et symbole des "combats" menés, disent les militants.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent