Le compagnon de Florian Philippot prend la parole face à Closer

PEOPLITIQUE - Le jeune homme flouté sur les photos de Closer révélant sa liaison avec Florian Philippot publie ce mardi une lettre ouverte anonyme. Dans laquelle il reproche au magazine de lui avoir nui en faisant l'outing du vice-président du FN.

Sur les clichés de Closer révélant sa liaison avec Florian Philippot, il est flouté. Quatre jours après la publication de celles-ci, l'homme photographié avec le vice-président du FN sort de son silence ce mardi. Et ce, sous la forme d'une lettre ouverte adressée à Laurence Pieau, directrice du magazine people, parue sur Rue89 . Les plus curieux seront sans doute déçus de ne pas y trouver son identité, qu'il cache derrière le pseudonyme de "Tyto Alba", le nom scientifique de la chouette effraie. Nous ne la révélerons pas ici non plus.

EN SAVOIR +
>>
Florian Philippot "en colère" contre Closer après son outing
>>
Outing de Philippot : Marine Le Pen et la classe politique s'indignent
>>
Florian Philippot va porter plainte contre Closer

S'il tient à rester anonyme, c'est justement que le jeune homme dit être aujourd'hui "la cible de menaces de mort, d’une chasse à l’homme". "Victime collatérale", considère-t-il, de la révélation de Closer. Non pas de l'outing mais "d’amalgames" entre ses "sensibilités politiques" et celles du FN. Or, argue-t-il, le fait que le magazine ait pris soin de flouter son visage ne lui offre qu'un anonymat relatif, pour deux raisons : "la qualité des flous" et "la nature même du corps de métier dans lequel (il) évolue". Comprendre : journaliste, une profession dans laquelle, par définition, l'information circule vite.

Le problème n'est pas l'outing, c'est le FN


Ceux qui savent son identité connaissent pourtant aussi son engagement en faveur des droits de LGBT, qu'il revendique d'ailleurs dans sa lettre : "Vous avez raison sur un point, les causes gays me sont chères, particulièrement la lutte contre l’homophobie". Mais selon lui, Closer fait preuve d'hypocrisie en brandissant l'argument de l'égalité entre les couples homos et hétéros face à la violation de la vie privée, "après avoir ébranlé de façon durable la vie d’un 'défenseur des droits des homosexuels'".

Jusqu'à la parution de cette tribune, trois interrogations alimentaient la polémique Philippot-Closer :
► A-t-on le droit de violer la vie privée des hommes et femmes politiques ?
► Faut-il ou non faire une exception quand il s'agit d'homosexualité ?
► Quid des compagnes/compagnons de ces politiques, qui subissent aussi une violation de leur vie privée ?

En voulant répondre à cette dernière, "Tyto" ajoute une question au débat :
► Faut-il, pour ne pas nuire à leur compagnon/compagne, faire une exception au viol de la vie privée des politiques... quand ceux-ci sont d'extrême droite ?

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : le variant Omicron pourrait devenir majoritaire en Europe "dans les tout prochains mois"

Affaire Hulot : "La justice ne se rend pas dans les tribunaux médiatiques", réagit Emmanuel Macron

Autriche : une chirurgienne ampute la mauvaise jambe, elle est condamnée à une amende

Y a-t-il réellement "91% de fausses couches" chez les mères vaccinées au cours du premier trimestre ?

Covid-19 : Doctolib saturé, comment réserver sa dose de rappel malgré tout ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.