L'Assemblée refuse le badge pour Alexandre Benalla demandé par le député Joachim Son-Forget

Alexandre Benalla.

INSOLITE - Le député Joachim Son-Forget (ex-LaREM) avait demandé un badge d'accès à l'Assemblée nationale pour Alexandre Benalla en tant que "collaborateur bénévole". Ce badge a été refusé, mais il affirme avoir une "alternative".

C'est un attelage surprenant très présent sur Twitter. Depuis quelques jours, Alexandre Benalla et le député Joachim Son-Forget (non-inscrit, ex-LaREM) affichent leur complicité amicale. Une "amitié" qui devait se concrétiser par une collaboration parlementaire, mais celle-ci pourrait finalement ne pas avoir lieu. 

Joachim Son-Forget, connu pour ses frasques sur Twitter, a demandé un badge d'accès à l'Assemblée nationale pour Alexandre Benalla en tant que collaborateur bénévole. Une requête refusée car l'entreprise de ce dernier, Comya Group, spécialisée dans la sécurité et la communication de crise, "s'apparente à du lobbying", selon une source parlementaire à l'AFP. 

Toute l'info sur

Benalla, l'affaire sans fin

Lire aussi

"La réponse qui est faite de la part des services de l'Assemblée est qu'il y a un petit problème parce qu'Alexandre Benalla a monté une entreprise qui s'apparente à du lobbying", "on ne peut pas autoriser un député à faire entrer un lobbyiste", a poursuivi cette source. 

Une décision mal prise par Alexandre Benalla. Sur Twitter il a dit voir dans ce refus, "un grave abus de droit", affirmant que sa société ne fait pas de lobbying. Un tweet introuvable à l'heure où nous écrivons ces lignes. 

Lire aussi

Le député Son-Forget a, de son côté, expliqué qu'il ne se "laisse jamais faire. Je ne subis pas", a-t-il écrit en postant sur Twitter la lettre de refus. 

Et d'expliquer dans un autre message que tous les deux ont "une alternative". 

L'ex-collaborateur de l'Elysée, poursuivi dans le cadre du feuilleton politico-judiciaire qui porte son nom, avait déjà obtenu par le passé des badges d'accès à l'Assemblée, dont un badge "H" qui permet même d'entrer dans l'hémicycle. Il avait expliqué devant la commission d'enquête du Sénat en septembre 2018 qu'il s'agissait de satisfaire un "caprice personnel", à savoir aller à la salle de sport et à la bibliothèque. Les règles d'octroi de badges avaient ensuite été durcies.

Joachim Son-Forget, qui représente les Français de Suisse et du Liechtenstein, avait pour sa part démissionné le 29 décembre 2018 du groupe LaREM à la suite d'une polémique née de tweets sexistes contre la sénatrice EE-LV Esther Benbassa. Il avait rejoint le groupe UDI-Agir avant de démissionner à nouveau en décembre, siégeant depuis chez les non-inscrits. Revendiquant sa "liberté de pensée", il a lancé un parti politique nommé "Valeur Absolue", Alexandre Benalla y voyant le seul mouvement politique "où la parole est libre". 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Producteur tabassé : le policier soupçonné d'avoir lancé la grenade lacrymogène placé sous contrôle judiciaire

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

Eurovision Junior : Valentina, la candidate française, remporte le concours

VIDÉO - Après plus d'un siècle sous l'océan, l'épave du Titanic va disparaître d'ici une vingtaine d'années

Covid-19 : premier décès d'un volontaire aux tests pour un vaccin

Lire et commenter