Le député Joachim Son-Forget fonde son parti politique et une liste aux européennes

Politique

POLITIQUE - Trois jours après avoir quitté La République en marche et démissionné de son groupe parlementaire, Joachim Son-Forget, devenu célèbre à cause de ses sorties sur Twitter, va lancer son propre parti et présenter une liste aux européennes.

"Je suis Français et Européen". Voilà le nom du parti politique lancé par le député Joachim Son-Forget. Le représentant à l'Assemblée nationale des Français de Suisse et du Liechtenstein, désormais connu pour ses dérapages, a décidé de fonder son propre parti, trois jours après avoir quitté La République en marche et s'être retiré des rangs du groupe parlementaire majoritaire. 

A l'heure actuelle, seule une page d'accueil de site internet existe. En sous-titre du nom du parti, on peut lire comme seule explication : "Aidez-nous à changer les choses en France et en Europe !" Plus bas, il est précisé : "Rien n'est prêt mais je compte sur vous ! L'adhésion est gratuite pour le moment, mais pas pour longtemps."

Lire aussi

Au Point, Joachim Son-Forget avait expliqué : "Mon parti va défendre l'exemplarité des élites. Nous défendrons aussi la réduction du train de vie de l'Etat, la baisse des dépenses publiques, une culture française qui va de Diderot à Booba, le tout mâtiné d'humour et d'impertinence qui ont longtemps fait la fierté de la France". "A quoi ça sert de prendre des gens de la société civile s'ils n'ont plus le droit d'expliquer ce qu'ils étaient dans la société civile et qu'ils ressemblent à des photocopies les uns des autres ?" s'est-il demandé ce mercredi sur franceinfo, critiquant son ancien parti.

Une liste aux européennes

Outre son parti politique, Joachim Son-Forget a décidé de lancer une liste pour les élections européennes de mai 2019. "On fera comme tout le monde. On fera semblant de faire une consultation et puis à la fin on dira ce qu'on a envie de dire nous puisque de toute façon on a tout prévu avant", a-t-il asséné, toujours sur franceinfo. "Pour ma liste, je pense qu'on ne va prendre de toute façon que des copains à nous ou des copains des copains parce que de toute manière, c'est toujours comme ça que les autres font".

Lire aussi

Le cas de Joachim Son-Forget devait être examiné le 14 janvier par le bureau exécutif de La République en marche en vue d'éventuelles sanctions, avait annoncé fin décembre Gilles Le Gendre, le patron des députés marcheurs. Après avoir publié des tweets sexistes contre la sénatrice EELV Esther Benbassa, il avait signé de nombreux messages jugés plutôt inappropriés pour un député.

Lire et commenter