Le député LaREM Aurélien Taché favorable à la création d'un haut-commissariat à l'immigration

Politique

Toute L'info sur

L'interview Politique

INVITE POLITIQUE - Le député LaREM du Val d'Oise, Aurélien Taché, s'est dit favorable à la création d'une entité gouvernementale en charge de l'immigration. Sous quelle forme ? Avec quels champs d'action ? Il répond aux questions d'Elizabeth Martichoux sur LCI.

Alors qu'une mosquée a été attaquée à Bayonne lundi 29 octobre et que les sénateurs vont examiner une proposition de loi LR visant à interdire le port de signes religieux aux parents accompagnant les enfants lors des sorties scolaires, Aurélien Taché, député (LaREM) du Val d'Oise, était l'invité d'Elizabeth Martichoux. L'occasion pour l'élu issu des rangs de la gauche de s'exprimer sur les tensions prégnantes au sein de la société française. 

Selon lui, l'attaque de Bayonne est d'ailleurs directement liée aux "discours de haine qui prospèrent". "Il ne faut pas s'étonner que les esprits les plus radicaux passent à l'acte", estime le député. "Nos concitoyens musulmans font l’objet d’une double peine : ils sont victimes de terrorisme comme à Nice, et maintenant on a un terrorisme suprémaciste qui les frappent spécifiquement. Il faut s’élever contre ça, le dénoncer en bloc."

Lire aussi

"La question de l'immigration doit être traitée à part entière"

Interrogé sur l'idée de l'Elysée, dont franceinfo s'est fait l'écho, de créer un poste dédié à l'immigration au sein du gouvernement (qui pourrait être un ministre, secrétaire d'état ou encore un haut-commissaire), Aurélien Taché s'y est dit "favorable". 

"La question de l'immigration doit être traitée à part entière. La laisser au ministère de l'Intérieur qui est en charge de l'ordre public, de la sécurité et donc par exemple, des reconduites à la frontière, c'est logique, ça fait partie de ses missions de sécurité, est un choix politique qui peut être discuté", dit-il. 

"Avoir un ministère à part, j'y suis favorable. J'avais déjà dit qu'il fallait faire intervenir l'emploi, l'éducation et que, sous la responsabilité du Premier ministre, on aurait certainement, cette coordination plus forte", explique encore Aurélien Taché, jugeant qu'une telle structure améliorerait l'intégration et serait ainsi "utile pour le pays". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter