Le député UMP Dominique Tian épinglé pour un compte en Suisse non déclaré

Le député UMP Dominique Tian épinglé pour un compte en Suisse non déclaré

DirectLCI
FRAUDE FISCALE ? – Dominique Tian a dissimulé un compte en Suisse comptenant 1,5 million d'euros, explique Mediapart. L'élu rétorque avoir rapatrié ses avoirs en 2014, mais il pourrait bien être rattrapé par la justice. La Haute autorité pour la transparence de la vie publique a en effet saisi le parquet de Paris vendredi.

L’élu UMP, souvent au front pour dénoncer les fraudeurs au RSA, les fonctionnaires abusant des arrêts maladie ou la gabegie de l’aide médicale d’Etat dissimulait un compte en Suisse. Et plutôt bien fourni à en croire les chiffres qu’il a lui-même communiqués à Mediapart , qui a publié un article samedi, au lendemain de la saisie du parquet par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique  dans ce dossier.

Vendredi, l’institution créée au lendemain du scandale Cahuzac avait en effet émis un doute sérieux quant à "l'exhaustivité, l'exactitude et la sincérité de sa déclaration de situation patrimoniale" adressée en mai 2012. En clair : l’élu bucco-rhodanien est soupçonné d’avoir dissimulé son compte en Suisse, crédité d’environ 1,5 millionsd’euros, ainsi qu’un hôtel en Belgique.

A LIRE AUSSI >>  2015, l'année du procès pour Jérôme Cahuzac

L'élu assure avoir régularisé sa situation

Contacté par Mediapart, l’élu assume et assure être à présent droit dans ses bottes. "En 2014, j'ai réactualisé ma déclaration de patrimoine, ainsi que ma déclaration d’impôt sur la fortune", affirme-t-il à nos confrères, qui précisent que Dominique Tian a profité de la cellule de régularisation mise en place en 2013 – et qui a rencontré un vif succès  – par la France pour rapatrier ses avoirs. "J'ai tout déclaré. Et aujourd'hui, ce sont les élus honnêtes, comme moi, qui se retrouvent poursuivis par la HATVP ? Un esprit mal intentionné dirait qu'il valait mieux ne pas régulariser !", persifle l’élu qui jure qu’il payera les pénalités.

À LIRE AUSSI >> Bernard Cazeneuve prône la méthode douce pour rappeler les exilés fiscaux

Pourquoi n’a-t-il pas mentionné son compte sur sa déclaration de patrimoine ? À Mediapart, Dominique Tian assure qu’il s’agit d’un compte ouvert par "son père", décédé il y a "environ 10 ans". Un héritage dont il aurait appris l’existence tardivement, et qu’il a rapatrié grâce à la cellule mise en place en 2013, "faite pour ça". Quant à l’hôtel en Belgique, l’élu explique ne pas l’avoir signalé, car il estime qu’il s’agit d’un outil professionnel qui n'a pas à [y] figurer, tandis que la HATVP dit que c'est un bien personnel".

Un élu en guerre contre la fraude sociale

Si le nom de Dominique Tian ne vous dit rien, l’élu est connu pour ses prises de position très fermes sur la fraude aux aides sociales ou aux arrêts de travail. En 2011, ce dernier publiait un rapport sur le sujet, rapport toutefois truffé de chiffres approximatifs et de postulats discutables pour asseoir son argumentaire, comme le soulignait à l’époque lemonde.fr . La même année, au 20 heures de France 2 , il appuyait avec force la volonté du gouvernement d’instaurer trois jours de carence pour les fonctionnaires en arrêt maladie, et expliquait qu’il s’agissait bien d’une mesure pour lutter contre la fraude : "il y a un pic d’absentéisme pendant les congés scolaires et pendant les ponts du mois de mai", assurait-il.

Enfin, en 2013, dans le quotidien Valeurs actuelles , classé à droite, il expliquait que "pendant longtemps, en France, on a fraudé [les aides sociales, ndlr] impunément. Bien souvent, il suffisait d’oublier de cocher une case sur un document administratif pour bénéficier d’une allocation. Et de jouer ensuite les innocents, en cas de problème". Une déclaration qui risque de lui revenir en pleine face.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter