Le FN manque-t-il d'humanité face au sort des migrants ? Les Français sont partagés

Le FN manque-t-il d'humanité face au sort des migrants ? Les Français sont partagés
Politique

CLIVÉS – Alors que la solidarité s'organise en France pour l'accueil des réfugiés syriens, le FN a adopté une ligne très dure vis-à-vis d'eux. Une stratégie qui divise les Français en deux, selon notre sondage OpinionWay pour metronews et LCI. Les sympathisants de Nicolas Sarkozy penchent en faveur de l'intransigeance.

Faire preuve d'humanité, rester ferme, accueillir, ne pas accueillir… Le débat sur les réfugiés syriens divise fortement les Français. En témoigne ce sondage OpinionWay pour metronews et LCI sur la stratégie adoptée par le Front national depuis le début de la crise migratoire. Une stratégie qui consiste notamment à assimiler la question des réfugiés à celle de l'immigration économique, et à refuser tout accueil en France au nom de la "submersion migratoire" décrite par la présidente du FN, Marine Le Pen, lors de l'université d'été du parti.

EN SAVOIR + >> Marine Le Pen en croisade contre le "fardeau migratoire"

Selon notre sondage, une très courte majorité (51%) des Français juge que le FN "a raison de défendre une position ferme" sur les réfugiés syriens. En face, 48% estiment au contraire que le FN "manque d'humanité" dans cette crise. "L'opinion est particulièrement clivée", observe Frédéric Micheau, directeur du département politique d'OpinionWay. "D'un côté, il y a toujours cette France 'terre d'accueil', ouverte au sort des réfugiés. De l'autre, il y a cette très grande inquiétude face à cette crise migratoire, ses conséquences sociales, économiques et même identitaires."

La droite pro-Sarkozy cautionne la fermeté

Le clivage divise profondément les électeurs de gauche et ceux de droite. A gauche, c'est bien sûr la tradition d'accueil qui l'emporte : 77% des électeurs du Front de gauche en 2012 et 71% des sympathisants du PS jugent que le FN "manque d'humanité". Les électeurs centristes, fidèles à leur tradition humaniste, sont 66% à émettre le même jugement.

En revanche, la perception s'inverse sur la droite de l'échiquier. Les électeurs FN considèrent à 94% que leur parti "a raison de défendre une position ferme". Quant à ceux qui ont voté pour Nicolas Sarkozy en 2012, ils sont 61% à défendre la position "ferme" de l'extrême droite. "Cela place Nicolas Sarkozy dans une position un peu délicate, puisqu'il a dénoncé récemment 'l'inhumanité' de Marine Le Pen sur ce sujet", estime Frédéric Micheau. Le président des Républicains, qui a lui-même adopté une ligne dure sur les migrants, ne semble pas en souffrir : il est le seul leader de l'opposition  à remonter de 4 points dans notre baromètre mensuel . La prime à l'intransigeance chez les électeurs de droite ?

À LIRE AUSSI
>> Pour 66 % des Français, François Hollande gère mal la crise des migrants

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent