Le gouvernement exprime "sa solidarité et son émotion" à la famille d'Alisha, tuée à 14 ans

Le gouvernement exprime "sa solidarité et son émotion" à la famille d'Alisha, tuée à 14 ans

SOUTIEN - Mercredi, lors du point presse à l'issue du Conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a exprimé la "solidarité" du gouvernement à la famille de l'adolescente décédée lundi.

Une émotion nationale s'est emparée de la France depuis la mort tragique, lundi, d'une adolescente de 14 ans à Argenteuil (Val-d'Oise), retrouvée noyée après avoir été passée à tabac et jetée à dans la Seine par deux camarades de classe. Invité à réagir à ce fait d'actualité, Gabriel Attal a jugé que "ce qui est arrivé à cette jeune fille est absolument terrible et ignoble, c'est une jeune fille qui a été emportée par le harcèlement".

Le porte-parole a témoigné, au nom du gouvernement, de sa "solidarité et de notre émotion face à cette situation absolument tragique". "Ce drame ne restera pas impuni et évidemment tous les services sont mobilisés pour permettre de punir ceux qui en sont les responsables", a promis Gabriel Attal. Interpellés mardi vers 02H00 du matin au domicile d'un ami, le couple d'adolescents, tous deux âgés de 15 ans, ont été placés en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire de Cergy-Pontoise.

Toute l'info sur

Alisha, 14 ans, morte noyée après une altercation à Argenteuil

Nécessité de repérer le harcèlement

Le secrétaire d'État est revenu sur les dispositifs mis en place par l'exécutif pour endiguer le phénomène délétère du harcèlement à l'école, encore trop présent dans les cours d'école françaises. "Il y a un phénomène nouveau depuis plusieurs années maintenant, c'est qu'il se prolonge en ligne, via les réseaux sociaux, après les cours, après la classe", explique le porte-parole du gouvernement. Une pression psychologique qui use les enfants, parfois jusqu'au drame, ou développe des phénomènes de meute entre les adolescents.

Lire aussi

Depuis 2017, une campagne sur le harcèlement scolaire est menée chaque année dans les établissements scolaires, deux numéros gratuits dédiés à la lutte contre le harcèlement existent, le 3020 pour les élèves, parents et professionnels, Net Écoute au 0800 200 000 en cas de cyberharcèlement. Une plateforme web dédiée a également été mise en place. Le gouvernement a promis de continuer le mouvement.

Dans un communiqué, le rectorat de Versailles a exprimé sa "plus vive émotion" après cet événement tragique et indiqué avoir établi une cellule d'accompagnement psychologique au lycée des trois adolescents.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

42 jours au lieu de 28 entre deux doses de Pfizer et de Moderna : sur quoi se base Olivier Véran ?

Le vaccin Johnson & Johnson arrive ce lundi en France : ce qu'il faut savoir

Pourra-t-on se déplacer normalement cet été ?

SEPT À HUIT - La résurrection de Priscille, première femme bionique de France

EN DIRECT - Covid-19 : 30.671 personnes hospitalisées, dont 5838 en réanimation

Lire et commenter