Le gouvernement planche sur un durcissement de l'accès à l'assurance chômage

Politique

Toute L'info sur

La présidence Macron

EMPLOI - Selon Les Echos, l'exécutif a retenu le principe d'une réforme des conditions d'accès aux indemnités de chômage. L'objectif est notamment de réaliser entre 1 et 1,3 milliard d'économie sur trois ans.

Les indemnités chômage dans le viseur de l'exécutif. Selon une information des Echos, le gouvernement envisage de durcir fortement les conditions d'accès aux allocations pour les demandeurs d'emploi. 

D'après Les Echos, l'hypothèse privilégiée dans le cadre de la réforme à venir serait de faire passer de 4 mois travaillés sur les 28 derniers mois à 6 mois travaillés sur les 24 derniers mois les conditions pour pouvoir être indemnisé. Un scénario non démenti à l'AFP ce vendredi par le ministère du Travail, l'entourage de Muriel Pénicaud expliquant toutefois que le sujet n'était pas encore arbitré. 

Lire aussi

Plus loin que le Medef

Des sources syndicales et patronales confirment à l'agence que l'hypothèse d'une restriction des conditions d'accès était sur la table, tout en indiquant ne pas avoir de détail sur le sujet, n'ayant pas été informés par le ministère. 

Dans le cadre des négociations avec les partenaires sociaux, le patronat avait envisagé lui aussi de réformer ces conditions d'accès, mais sans aller aussi loin. Il suggérait de réduire la période d'affiliation de 28 à 24 mois, mais ne proposait pas de modifier le critère des 4 mois travaillés. 

L'objectif d'ores et déjà affiché par le gouvernement est de réaliser 1 à 1,3 milliard d'euros d'économies sur trois ans afin de désendetter l'Unedic, tout en incitant au retour à l'emploi. 

Voir aussi

"250.000 à 300.000 personnes" concernées

Côté syndicats, Marylise Léon (CFDT) a dénoncé une mesure qui serait "purement budgétaire, en contradiction avec le discours du gouvernement soi-disant d'incitation à l'emploi". 

"On se doutait qu'il pourrait y avoir des mesures très dures, du fait du report des annonces après les élections européennes", a pour sa part jugé Denis Gravouil, de la CGT. Ce dernier a évalué "entre 250.000 et 300.000" le nombre de personnes qui pourraient être impactées par la modification des conditions d'accès aux indemnités de chômage. 

Le sujet devrait être abordé mercredi 12 juin à l'occasion du discours de politique générale d'Edouard Philippe devant les députés. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter