Le Guen sur LCI - On a trouvé un ministre qui regrette (un peu) Macron

FAN2 - Jean-Marie Le Guen était sur LCI ce mercredi matin. Il a parlé essentiellement d'Emmanuel Macron, avec un ton mêlant regret et conseils. Pas le même son de cloche lorsqu'il parle de Hamon ou de Montebourg...

Invité d'Audrey Crespo-Mara ce mercredi matin, Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat chargé de relations avec le Parlement, avait un pointe de regret dans la voix en abordant le départ d'Emmanuel Macron du gouvernement. C'est "un peu triste, c'était un ministre tout à fait agréable, raconte-t-il. Un membre brillant de cette équipe s'en va."


Contrairement à ses camarades du gouvernement, Le Guen a réellement paru regretter le choix du ministre de l'Economie. Sur LCI. Et en homme politique expérimenté, il en a profité pour faire une petite leçon de politique, en toute amitié : "Je comprends qu'on veuille changer la gauche, c'est aussi mon engagement, mais c'est au coeur de cette gauche que nous devons travailler."

"Rassembler à gauche pour se dépasser"

Emmanuel Macron l'a dit, en présence de Philippe de Villiers au Puy-du-Fou : il n'est pas socialiste. Si Le Guen n'y voit qu'une "communication maladroite", il a tout de même sermonné l'ex-ministre pour son rejet des "racines culturelles" de la gauche : "Je crois pas qu'on puisse exister en dehors du clivage gauche/droite. Il faut rassembler à gauche pour se dépasser." Mais par dessus tout, l'erreur que Macron ne doit pas faire, ajoute le secrétaire d'Etat, c'est "de croire qu'on peut faire du neuf sans les éléments de l'ancien".


Pour Le Guen, en troublant les lignes, le risque viendra de l'extrême droite et de la droite dure, se référant aux propos de Laurent Wauquiez qui lui font penser à Marine Le Pen. Il lance alors cet avertissement à Macron : le défi politique de demain, c'est le clivage entre les républicains et les réactionnaires. Le secrétaire d'Etat va plus loin : "On est de gauche ou de droite, assène-t-il,  ce qui ne veut pas dire qu'on ne peut pas travailler ensemble".

Une jeune génération de loosers... sauf Macron !

Jean-Marie Le Guen est plus dans le conseil que dans la critique, du moins à l'égard d'Emmanuel Macron. Loyauté, cohérence politique, "En marche"... Le tout est de ne pas couper les "racines culturelles existantes". Et le voilà qui vante le bilan de Macron "qui est aussi celui du gouvernement" : "On ne peut pas exister sans une démarche collectif".


Macron, trop individualiste ? Pour Le Guen, ce n'est rien comparé aux Hamon, Montebourg et Duflot. Le ton se durcit : "Cette génération de la gauche n'a pas su prendre ses responsabilités au niveau de l'Etat. Quand on est ministre, on se bat ou on reste chez soi." On ne badine pas avec la loyauté.

En vidéo

LCI Matin : comment Emmanuel Macron a bousculé les codes

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La démission de Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter