Franck Riester annonce sur LCI la fin de la redevance télé dans sa forme actuelle d'ici 3 ans

Politique
DirectLCI
MÉDIAS - La redevance télé vit-elle ses derniers instants ? Ce jeudi matin sur LCI, le ministre de la Culture Franck Riester a confirmé que d’ici trois ans elle prendrait une forme différente, et devrait tenir compte des nouveaux usages de consommation de l’audiovisuel public des Français.

Tous les ans, les Français déclarant posséder une télévision payent une contribution fiscale à l'audiovisuel public en même temps que leur taxe d'habitation. Mais ce rituel devrait bientôt cesser. Ce jeudi 8 novembre sur LCI, le ministre de la Culture Franck Riester a confirmé qu'elle prendrait bientôt une nouvelle forme. "Actuellement la redevance est adossée à la taxe d’habitation", or d'ici "trois ans il n’y aura plus de taxe d’habitation. Donc il faut bien réfléchir à un nouveau dispositif", a expliqué le successeur de Françoise Nyssen.


Selon Franck Riester, pour "un audiovisuel fort, il faut un financement pérenne et important. Ça veut dire qu’il faut réfléchir avec Bercy, avec les parlementaires, avec les acteurs de ce secteur et les Français, de la meilleure façon de financer l’audiovisuel public". 

Et d'ajouter : "La redevance télé, la façon dont on va financer l’audiovisuel public, est sur la table, et on décidera le moment venu avec tous les partenaires dont j’ai parlé."

Vers la redevance télé pour tous ?

Le ministre de la Culture a également avancé l'hypothèse que la redevance soit payée par tous, car les usages changent. Aujourd'hui la télévision se consomme également sur les tablettes et les smartphones, et les consommateurs d'audiovisuel public sur ces supports ne sont pas soumis à la redevance. Il faudra que la future contribution "tienne compte bien évidemment des usages, de la façon dont les Français ont accès à leurs contenus d’audiovisuel public", a déclaré le ministre.

En vidéo

L'invité politique du 8 novembre 2018 : Franck Riester

Cette idée, déjà soutenue par Françoise Nyssen, a été reprise par de nombreux députés de la majorité. "C’est un service public : il est payé par tous, même par ceux qui n’en bénéficient pas directement", avait expliqué Aurore Bergé, rapporteure de la mission d’information sur la réforme de l’audiovisuel, en octobre dernier. "Ce n’est pas parce que vous n’avez pas d’enfant que vous ne payez pas pour l’école. Ce n’est pas parce qu’un truc n’est pas populaire qu’il ne faut pas le proposer", avait-elle expliqué sur Europe 1. "Des gens qui ont un magnifique rétroprojecteur regardent les programmes télé, mais comme ils n'ont pas de téléviseur, ils ne payent pas la redevance, ça je trouve que c'est injuste" avait-elle ajouté.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L'invité Politique

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter