Le père de Patrick Balkany libérateur de Simone Veil à Auschwitz ? Les historiens furieux, Isabelle Balkany s'excuse

Isabelle Balkany a fait machine arrière suite au témoignage rapporté de son époux.
Politique

Toute L'info sur

À la loupe

À LA LOUPE – Sur sa page Facebook, Isabelle Balkany relaie un témoignage de son époux. Patrick Balkany revient sur le parcours du son père Gyula, résistant déporté à Auschwitz, et explique que ce dernier a activement participé à la libération de Simone Veil. Un récit contestée, avec vigueur et agacement, par les historiens.

Sur sa page Facebook, Isabelle Balkany a partagé lundi le compte-rendu d'un échange téléphonique avec son époux, incarcéré depuis le 13 septembre dernier. Patrick Balkany, par son intermédiaire, a tenu à transmettre un message aux habitants de Levallois-Perret, à l'occasion des 75 ans de la libération du camp d'Auschwitz-Birkenau. 

Dans cette publication, Patrick Balkany raconte l'histoire de son père Gyula, "venu à pieds de Hongrie pour s'engager dans la Résistance et dénoncé par des Français". Déporté à Auschwitz, il aurait incité " dix de ses compagnons" à se cacher lors de la libération du camp par les Russes, le 27 janvier 1945. "Après deux jours « enterrés », le camp vidé, ces hommes, sous la direction de Gyula, partent vers le camp des femmes et libèrent celles qui, comme eux, se sont cachées", poursuit le maire de Levallois. Parmi ces femmes, conclut-il, "une certaine Simone Veil, sa sœur de cœur pour la vie".

Un récit qui ne tient pas, expliquent les historiens

La publication d'Isabelle Balkany a suscité une réaction rapide de l'historien Frédéric Sallée. Docteur en histoire contemporaine à l'université de Grenoble, il a dénoncé une "indécente utilisation de l’Histoire et de la Shoah" par les époux Balkany. 

Contacté par LCI, le spécialiste explique que Gyula Balkany a bien été déporté à Auschwitz. Résistant juif hongrois, il était "spécialisé dans la fabrique de faux papiers". Si l'historien précise qu'il "ne faut absolument pas remettre en cause le parcours" de Gyula Balkany, il lui semble important de souligner que "tout ce qui touche à la libération de Simone Veil est faux". 

"Ce qui ne colle pas du tout, c'est la chronologie des faits", insiste Frédéric Sallée : Simone Veil "est partie le 18 janvier avec les marches de la mort", depuis Bobrek, un sous-camp à quelques kilomètres d'Auschwitz, jusqu'au camp de Gleiwitz. Cette longue procession, qui consistait pour les Allemands à déplacer leurs prisonniers face à l'avancée des troupes russes, s'est produite avant le 27 janvier 1945 évoqué par Patrick Balkany. "Les derniers prisonniers évacués le sont entre le 17 et le 21 janvier", précise le docteur en Histoire.

Il est faux d'affirmer que Gyula Balkany a contribué à libérer Simone Veil. Le 27 janvier 1945, elle se trouve en effet "dans un train, quelque part en Allemagne entre Dora et Bergen-Belsen ou elle arrive le 30 janvier". Il est toutefois possible que le résistant d'origine hongroise ait porté assistance à des prisonniers avec certains de ses camarades : les personnes les plus faibles ou cachées avait en effet été laissées sur place à Auschwitz par les Allemands à leur départ.

"C’est tout simplement un mensonge"

Reconnue par ses pairs comme l'une des plus éminentes spécialistes de la Shoah, l'historienne Annette Wieviorka a découvert avec stupeur ce récit. Interrogée par LCI, la spécialiste, choquée, "hésite entre rire et pleurer". Revisiter ainsi l'histoire est "dégoûtant", souffle-t-elle. Tout comme son confrère, elle estime que "c’est tout simplement un mensonge. Une soixantaine de milliers de déportés ont été évacués par les Allemands mi-janvier [1945, NDLR]. Ils se sont retrouvés dans les camps de la Grande Allemagne, à Buchenwald ou Bergen-Belsen. Parmi eux se trouvait Simone Veil."

L'ancienne magistrate et ministre, décédée en juin 2017, "a été libérée du camp de Bergen-Belsen le 15 avril 1945", rappelle Annette Wieviorka. "Dans le camp d’Auschwitz, il ne restait que 7.000 détenus en très mauvais état", ajoute-t-elle, des survivants parmi lesquels se trouvaient entre autres "Primo Levi et Otto Franck".

L'historienne et experte de la Shoah s'étonne par ailleurs de la défiance décrite à l'égard les Russes, qui aurait poussé Gyula Balkany et ses camarades à "s'enterrer vivants pour ne pas les suivre". Annette Wieviorka note que "les prisonniers juifs n’avaient pas du tout peur des Russes, même quand ils n’étaient pas communistes. C’étaient leurs libérateurs", tranche-t-elle. Cela étant dit, elle ne nie pas que des prisonniers aient pu user de stratagèmes pour se cacher. À l'instar des autres historiens joints par LCI, elle n'a jamais eu vent de personnes s'enterrant vivantes lors de la libération des camps, mais concède que des "faits incroyables se sont déroulés" à cette époque.  

Isabelle Balkany fait amende honorable : "Pardon, Mme Veil"

"En voulant écrire « court », j'ai fait une erreur chronologique", a réagi ce mardi sur Facebook Isabelle Balkany. "Gyula, le père de Patrick, a effectivement connu Simone Veil à Auschwitz lorsque, comme les autres déportés, il effectuait les travaux du camp des femmes", indique-t-elle. Fin janvier 1945, l'ancienne ministre "avait été emmenée, avec les autres femmes, par les Allemands". "Pardon, Mme Veil", écrit dans son post Isabelle Balkany. 

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent