Le petit conseil de la ministre de la Fontion publique à Emmanuel Macron

Le petit conseil de la ministre de la Fontion publique à Emmanuel Macron

CONSEIL D'AMI – Invitée d'Europe 1 ce lundi matin, Marilyse Lebranchu a délivré son conseil à son collègue de Bercy, Emmanuel Macron, pris dans une nouvelle polémique après avoir estimé, vendredi, que le statut de la fonction publique n'était "plus justifiable".

"Emmanuel, parle moins". C'est, en substance, le message qu'a délivré la ministre de la Fonction publique ce lundi matin sur Europe1. Marylise Lebranchu est revenue sur les déclarations du ministre de l'Economie sur le statut des fonctionnaires, qu’il a jugé "plus justifiable", vendredi, au cours d’un rendez-vous où ses propos devaient rester confidentiels . Ils ont provoqué un tollé… et un recadrage en règle du chef de l’Etat quelques heures plus tard.

La ministre livre donc publiquement son petit conseil à son collègue : "Un ministre n’est pas libre de ses propos, y compris dans un cercle de réflexion. Parce que regardez, là : il s’agissait de comparer des cadres et la phrase a été reprise pour l’ensemble de la fonction publique [...] il faut être extrêmement prudent, parler le moins souvent possible, et ne pas oublier que même dans un petit groupe de réflexion, il y a toujours quelqu’un pour reprendre une phrase que vous avez jetée, même si elle n’est pas totalement établie". Comprenez : peu importe ce que tu penses, la parole est d’argent et le silence est d’or.

À LIRE AUSSI >> Pour Macron, le statut de fonctionnaire n'est "plus justifiable"

Macron provoque une nouvelle polémique

Les propos du ministre de l’Economie avaient fait l’effet d’une petite bombe, vendredi. Des propos qui n’auraient pas dû être rendus publics, et sur lesquels il était rapidement revenu en assurant, publiquement cette fois-ci, ne pas avoir parlé d’un projet de réforme du statut de la fonction publique.

Une petite bombe dont la très discrète ministre en charge de la Fonction publique, à son poste depuis l’élection de François Hollande en mai 2012, se serait bien passée : "Je ne veux pas taper sur un collègue du gouvernement. Je dis simplement qu’un ministre n’est jamais libre de s’exprimer sans avoir construit une pensée collective car le risque est celui-là, de mettre le feu un peu partout à partir d’une question posée sur l’encadrement".

À LIRE AUSSI >> Macron et ses phrases pas vraiment de gauche

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Rassemblement pro-palestinien interdit à Paris : "Il ne peut pas y avoir de manifestation de haine", affirme Darmanin

EN DIRECT - Covid-19 : l’Italie met fin à la quarantaine pour les touristes européens

Traque dans les Cévennes : paranoïaque, passionné d'armes... l'inquiétant profil du fugitif

Tesla et Elon Musk lâchent le bitcoin, pour quelles conséquences ?

"Je ne voulais pas du contrat" : après "The Voice", PaulO trace sa route avec son groupe

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.