Le racisme, une "trahison de l’universalisme républicain" selon Macron

Emmanuel Macron lors de sa visite à l'usine Valeo près du Touquet. Photo prise le 26 mai 2020
Politique

DECLARATION – Depuis plusieurs jours, les manifestations se multiplient dans le monde entier pour rendre hommage à George Floyd et dénoncer le racisme. Dans un contexte tendu, le président de la République a tenu à enfin éclaircir sa position par le biais de la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye.

L’homicide de George Floyd par un policier et sa lente agonie embrasent la planète. Les mouvements de contestation se multiplient ces derniers jours, y compris en France, où les manifestations se sont multipliées ces dix derniers jours. C’est pourquoi, après deux semaines de long silence, la position d'Emmanuel Macron était attendue sur le sujet. Celle-ci a été partagée, indirectement, lors de la conférence de presse d'après conseil des ministres, tenue par Sibeth Ndiaye.

La porte-parole du gouvernement a ainsi rapporté les propos tenus par le chef de l'Etat. Selon lui, le racisme constitue un fléau qui est une "trahison de l’universalisme républicain, une maladie qui touche toute la société".  La notion d'universalisme est celle selon laquelle, en l'état, les droits humains sont universels et égalitaires indifféremment de la couleur de peau, de la religion, de l'idéologie ou des origines. Les universalistes sont traditionnellement opposés aux "communautaristes" qui considèrent que cette égalité constitue un combat plutôt qu'un acquis. Emmanuel Macron a aussi appelé à se montrer "intraitable" sur ce sujet et à "renforcer l’action" en matière de lutte contre les discriminations. 

Lire aussi

Alors que la police française est à son tour accusée de céder au racisme, suite aux révélations de multiples actes racistes commis par des représentants des forces de l'ordre, le président a par contre tenu à refuser "tout amalgame" tout en rappelant que "l'écrasante majorité des forces de l'ordre ne saurait être salie". Alors que les forces de l'ordre tricolore sont associées à leurs homologues américains, Emmanuel Macron a demandé à ne pas "céder ni aux amalgames réducteurs, ni à une protection coupable." 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent