Le top 5 des déclarations d'amour d'Henri Guaino à Nicolas Sarkozy

Le top 5 des déclarations d'amour d'Henri Guaino à Nicolas Sarkozy

DirectLCI
POLITIQUE - Dimanche soir, Henri Guaino s'est une nouvelle fois évertué à vanter l'action de son mentor, Nicolas Sarkozy. Sans l'ancien président, "il n'y aurait plus de démocratie en France, plus de démocratie en Europe et plus de démocratie dans le monde" , a-t-il estimé. Retour sur les meilleures sorties enflammées de l'ancienne de plume de l'Elysée.

Henri Guaino aime Nicolas Sarkozy, et il le fait savoir. Bien souvent, avec emphase et démesure. Depuis que l'ex-président a quitté l'Elysée et s’astreint à un (relatif) silence médiatique, son ancien conseiller spécial, lui, occupe le terrain médiatique et joue ses avocats de cœur sur tous plateaux de radio et de télévision, toujours prêt à vanter l'action de son mentor et à le défendre face à ses détracteurs. Metronews revient sur ses plus belles déclarations d'amour à Nicolas Sarkozy.

1 : "S’il n’avait pas été là, il n’y aurait plus de démocratie en France, plus de démocratie en Europe et plus de démocratie dans le monde"

Superman ? Non, Nicolas Sarkozy. Alors qu'il participait à un débat face à Marine Le Pen dimanche soir sur BFM-TV, Henri Guaino s'est légèrement emballé en défendant le bilan son cher Nicolas Sarkozy. "Il a eu à affronter la pire crise depuis l’après-guerre, et si le système bancaire s’était effondré –français, européen, et même mondial parce que le G20 n’aurait pas existé sans Nicolas Sarkozy– et bien il aurait emporté avec lui nos sociétés et la démocratie". "Au moins à cause de ça, l’histoire lui rendra justice", a conclut, sans ciller, le député des Yvelines.

 2 : "On ne parle que de lui, on ne pense qu'à lui, on est obsédé que par lui"

Nicolas Sarkozy, Henri Guaino y pense tous les matins en se rasant. Et à l'entendre, ce serait le cas de tout le monde. Interrogé le 9 septembre 2013 sur la "mort politique" de l'ancien président, sur LCI et Radio Classique, son conseiller spécial a répondu qu'il "continu(ait) de hanter tous les esprits". "On ne parle que de lui, on ne pense qu'à lui, on n'est obsédés que par lui", a insisté Henri Guaino, avant d'estimer que "le vide immense qu'il a laissé en partant n'a pas été rempli à l'UMP, "dans la droite républicaine" ni "dans l'opposition".

 3 : Sarkozy dans le collimateur de la justice ? C'est l'"affaire Dreyfus"...

On ne touche pas à Nicolas Sarkozy. Alors quand le Conseil constitutionnel décide d'invalider les comptes de campagne de l'ex-président, en juillet dernier, Henri Guaino sort de ses gonds et n'hésite pas à dresser un parallèle avec l'Affaire Dreyfus, une des plus grandes erreurs judiciaires de l'Histoire contemporaine, et qui a divisé la France durant des années au début du siècle. Rien que cela.

 4 : Nicolas Sarkozy n'a pas "perdu" en 2012

C'est bien connu, l'amour rend aveugle. Interrogé sur le droit d'inventaire en septembre, la plume de l'ancien président s'est refusé à tout regard critique sur le quinquennat passé, préférant voir les accomplissements. Le député des Yvelines a ainsi maintenu, en jouant sur les mots, que Nicolas Sarkozy n'avait pas "perdu", au regard de son bilan.

5 : Nicolas Sarkozy est "irremplaçable"

C'est le coeur lourd que l'ancienne plume de Nicolas Sarkozy évoque l'ancien président, en juin 2012, peu après son départ."Nicolas Sarkozy avait tout aspiré par son talent, son intelligence", affirme sur RTL Henri Guaino, avant de conclure, tout en sagesse : "Il ne faut pas chercher à la remplacer, il faut apprendre à vivre sans lui".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter