"Leçon" de politique de DSK à Macron : en fait, les journalistes ont mal compris (selon l'Elysée)

"Leçon" de politique de DSK à Macron : en fait, les journalistes ont mal compris (selon l'Elysée)
Politique
PENSÉE COMPLEXE - Il y a des épisodes politiques qui piquent l'ego de façon plus inattendue que d'autres. Il en a été ainsi de la dissociation droite-gauche faite par Dominique Strauss-Kahn implicitement adressée à Emmanuel Macron. Au point que l'entourage présidentiel a rectifié le tir.

En fait, les journalistes ont mal compris. Quand Dominique Strauss-Kahn a rappelé, mard 8 octobre, à l'occasion de l'hommage rendu à l'ancienne ministre socialiste-passée-macroniste Nicole Bricq, que "les valeurs de la gauche et les valeurs de la droite ne sont pas les mêmes" et que s'il voyait d'un bon oeil, pour "l'équilibre de la société", le fait de "les mêler", il fallait éviter de "les confondre". Mais dans cette réflexion qui n'a rien d'anodin, il ne faut surtout pas y voir une leçon à Emmanuel Macron.


Difficile, pourtant, de ne pas y voir un message fait au chantre du "et de droite, et de gauche", Emmanuel Macron, présent à la cérémonie. Même s'il vient de Dominique Strauss-Kahn, figure honnie de la gauche radicale depuis son passage aux Finances et au FMI, et dont nombre de proches ont depuis rejoint le nouveau Président (Benjamin Griveaux, Cédric O, Stanislas Guérini, Ismaël Guérini...)

En vidéo

Quand DSK fait la leçon à Emmanuel Macron

"Ils ont mal saisi le sens profond du discours"

Sauf que non, ce n'était pas du tout ça, nous explique l'Elysée. Dans le JDD du 8 octobre, il apparait que la tête de l'exécutif veut faire passer l'idée du "malentendu" à propos de l'interprétation faite du discours du favori déchu à la présidentielle de 2012, après l'affaire du Sofitel. "Le Président pense que DSK n'était pas parti pour dire du mal de lui et que beaucoup d'observateurs ont mal saisi le sens profond du discours", a confié le Palais. 

En vidéo

Retour sur les phrases polémiques d'Emmanuel Macron depuis 2014

Les éléments de langage de l'Elysée à cette occasion ne sont pas sans rappeler le service après-vente régulièrement effectué par l'entourage présidentiel après certaines de ses déclarations malheureuses. Ce fut le cas après la sortie sur "les fainéants" qui n'était pas adressée aux manifestants et aux grévistes mais à ses prédécesseurs. La tirade sur "ceux qui ne sont rien" avait été mal interprétée. Et les "fouteurs de bordel" de GM&S n'était finalement qu'une manière de parler "comme les Français". 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter