Législative dans le Doubs : la leçon de Hollande à Sarkozy

Législative dans le Doubs : la leçon de Hollande à Sarkozy

CONSIGNES DE VOTE - François Hollande a évoqué à mots couverts, jeudi, le choix du "ni PS, ni FN" pour la législative partielle dans le Doubs qui a mis le Front national en tête dimanche dernier. Sans évoquer ce cas, il tacle le choix stratégique de Nicolas Sarkozy.

"Je ne suis pas là pour donner des leçons." Quand François Hollande débute ainsi, questionné sur la position de l'UMP face au Front national dans le Doubs, on se doute qu'un coup va être porté. Et le coup est bien venu, amené de façon plus ou moins subtile, pour éviter au Président de paraître trop partisan.

La consigne du "ni PS, ni FN" donnée mardi par l'UMP pour le deuxième tour de cette législative partielle, est-elle "digne" et "responsable" ? interroge un journaliste jeudi matin durant la conférence de presse de François Hollande. 

Il fait référence à 2002

Ce dernier ne donne pas de leçons mais un peu quand même. Refusant d'évoquer l'élection dans le Doubs - car "je suis chef de l'Etat, pas d'un parti", justifie-t-il -, il y fait référence en convoquant le 21 avril 2002 . Ce jour bien connu où la gauche, éliminée dès le premier tour de la présidentielle, a appelé sans ambiguité - mais pas sans difficulté, comme en témoigne la vidéo ci-dessous - à voter pour Jacques Chirac.


"En 2002, lorsque j'étais chef de parti, ai-je hésité une seule seconde face au FN ?" fait mine de questionner le chef de l'Etat. "L'unité de la République ce n'est pas la confusion […] Les électeurs doivent faire des choix" poursuit-il à l'attention de Nicolas Sarkozy, lui-même "chef de parti".

"Leçon de morale"

Le président de l'UMP a opté, mardi matin, pour une ligne ambiguë appelant à contrer le FN sans pour autant voter pour la gauche. Pour François Hollande, "il y a des partis - comprendre le FN - qui sont dans la République, mais qui ne sont pas dans les valeurs de la République. Puis, à l'attention de la candidate FN Sophie Montel : "J'entendais une candidate parler d'inégalité des races. Il faut lutter contre cela." 

Une réponse de chef d'Etat ? Pas pour l'UMP. L'ex-ministre Eric Woerth a vu dans cette sortie présidentielle une "leçon de morale" mal placée. 

LIRE AUSSI
>>  Qui est Sophie Montel, la candidate FN en tête dans le Doubs ? >>  Front républicain anti-FN : les errements stratégiques de Juppé et Sarkozy

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Quatrième vague : jeunes, non-vaccinés, femmes enceintes... Quel est le profil des patients hospitalisés ?

Ce que l'on sait de la mort de Maxime Beltra, décédé à 22 ans après une injection du vaccin Pfizer-BioNTech

"On est déçu, on est venu profiter des plages" : touristes et habitants face au confinement en Martinique

EN DIRECT - Covid-19 : Israël autorise une 3e dose de vaccin pour les plus de 60 ans

Pourquoi certaines personnes attirent-elles plus les moustiques ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.