Législative partielle dans le Doubs : le FN en tête, le PS qualifié

Politique

ELECTION LEGISLATIVE – Le FN (32,60%) et le PS (28,85%) se sont qualifiés pour le second tour de l'élection législative partielle dans la 4e circonscription du Doubs à l'issu du premier tour dimanche. Le candidat de l'UMP (26,54%) est quant à lui éliminé en raison de la faible participation à ce scrutin.

C'était une législative partielle à haut risque pour le PS. Le Parti socialiste a peut-être réussi le plus dur après le premier tour de l'élection partielle dans le 4e circonscription du Doubs dimanche, son candidat Frédéric Barbier arrivant en deuxième position (28,85%) loin toutefois derrière la candidate du FN Sophie Montel (32,60%).

Le candidat de l'UMP et de l'UDI Charles Demouge (26,54%) est quant à lui éliminé en raison du faible taux de participation (39,56%) à ce scrutin. C'est la première fois que l'UMP n'est pas qualifiée pour le second tour d'une élection législative partielle depuis celles de juin 2012.

LIRE AUSSI >> Législative partielle dans le Doubs : quand la CGT plonge Manuel Valls dans le noir

La position de l'UMP connue mardi

L'UMP donnera sa position pour le second tour mardi à l'issue de son bureau politique, a indiqué son porte-parole Sébastien Huyghe. "Notre candidat Charles Demouge n'est malheureusement pas qualifié, c'est logique dans une circonscription très ancrée à gauche", a-t-il par ailleurs déclaré sur BFMTV. Mais l'UDI a dans la foulée appelé à voter pour le candidat PS par la voix de son président Jean-Christophe Lagarde.

Le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll a quant à lui exhorté dimanche soir l'UMP à adopter "une position claire et sans ambiguïté" pour le second tour en appelant à voter pour le candidat PS face au FN.

Le PS encourage au Front républicain, le FN au vote anti-UMPS

Peu après l'annonce de sa qualification, le candidat PS a appelé les électeurs "à l'unité" autour des valeurs républicaines pour contrer le FN. Frédéric Barbier a demandé aux électeurs à se rassembler "de façon à ce que le 8 février, tous ensemble dans l'unité, (...) celle que nous avons connue le 11 janvier autour des valeurs de la République, qu'ils nous retrouvent toutes et tous pour que le 8 février, la démocratie l'emporte dans cette quatrième circonscription du Doubs".

Il était rapidement soutenu par Manuel Valls, qui le qualifiait de "candidat de tous les républicains", appel à peine voilé à un front républicain. Une posture dont s'est délectée la candidate du Front national, qui ne se faisait pas prier, dans la soirée de dimanche, pour fustiger "l'UMPS".

Une dizaine de candidats tentaient de ravir le siège du député et ancien ministre de l'Economie socialiste Pierre Moscovici, devenu commissaire européen le mois de septembre. En cas de défaite, le PS perdrait la majorité absolue au palais Bourbon.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter